8.6 C
Bruxelles
jeudi, février 22, 2024
No menu items!

Poursuites-bâillons: Accord avec les États membres pour défendre les voix critiques

À lire

Air quality: Council and Parliament strike deal to strengthen standards in the EU

Despite major improvements in air quality in the EU over the past three decades, air pollution continues...

Pedro Sanchez reçu par le Roi Mohammed VI

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a reçu, ce jour, au Palais Royal de Rabat, M. Pedro...

L’Allemagne teste la semaine à quatre jours

L'Allemagne a lancé un essai de semaine de travail de quatre jours pour de nombreux salariés, impliquant...

Les règles visent à assurer la protection dans l’UE des journalistes, médias, militants, universitaires, artistes et chercheurs contre les procédures judiciaires abusives.

La nouvelle loi s’appliquera aux affaires trans-frontières et protégera les personnes et les organisations actives dans des domaines tels que les droits fondamentaux, l’environnement, la lutte contre la désinformation et les enquêtes de corruption contre les procédures judiciaires abusives visant à intimider et à harceler.

Les députés ont veillé à ce que les affaires soient considérées comme trans-frontières, à moins que les deux parties ne soient domiciliées dans le même pays que le tribunal et que l’affaire ne concerne qu’un seul État membre.

Les initiateurs de poursuites-bâillons devront apporter des preuves de ce qu’ils avancent

Les défendeurs pourront demander le rejet anticipé de demandes manifestement infondées et, dans ce cas, les initiateurs de la poursuite devront prouver son bien-fondé.

Les tribunaux devront traiter rapidement ces demandes. Pour prévenir les poursuites abusives, les tribunaux seront en mesure d’imposer des sanctions dissuasives aux demandeurs, généralement représentés par des groupes de pression, des entreprises ou des personnalités politiques.

Les tribunaux peuvent obliger le demandeur à prendre en charge tous les frais de procédure, y compris la représentation juridique du défendeur. Lorsque la législation nationale ne permet pas que ces coûts soient intégralement payés par le demandeur, les gouvernements européens devront veiller à ce qu’ils soient couverts, à moins qu’ils ne soient excessifs.

Mesures d’aide aux victimes des poursuites-bâillons

Les députés ont réussi à inclure dans les règles que les personnes visées par les poursuites-bâillons pourront être indemnisées pour les dommages infligés. Ils ont également veillé à ce que les victimes des poursuites-bâillons aient accès à des informations complètes sur les mesures d’aide, y compris sur l’aide financière, l’aide juridique et le soutien psychologique via un canal approprié comme un centre d’information.

Les États membres devront également fournir une aide juridique dans les procédures civiles trans-frontières, veiller à ce que les jugements définitifs relatifs aux poursuites-bâillons soient publiés dans un format électronique facilement accessible et recueillir des données sur les affaires de poursuites-bâillons.

Protection européenne contre les poursuites-bâillons en dehors de l’UE

Les pays européens veilleront à ce que les décisions rendues par des pays tiers dans le cadre de procédures infondées ou abusives à l’encontre de particuliers ou d’institutions domiciliées sur leur territoire ne soient pas reconnues. Les personnes visées par des poursuites-bâillons pourront demander réparation des coûts et dommages-intérêts connexes devant leur juridiction nationale.

À l’issue des négociations, le rapporteur Tiemo Wölken (S&D, Allemagne) a déclaré: « Après d’intenses négociations, nous avons conclu un accord sur la directive contre les poursuites-bâillons— une étape vers la fin de la pratique généralisée des poursuites abusives visant à faire taire les journalistes, les ONG et la société civile. Malgré les tentatives du Conseil d’affaiblir considérablement les propositions de la Commission, le Parlement a conclu un accord qui comprend une définition des affaires trans-frontières, un traitement accéléré des principales garanties procédurales telles que le licenciement anticipé et des dispositions sur la sécurité financière, ainsi que des mesures d’accompagnement en matière d’assistance, de collecte de données et de compensation des coûts. »

Une fois formellement approuvée par la plénière et les États membres, la législation entrera en vigueur vingt jours après sa publication au Journal officiel. Les États membres disposeront d’un délai de deux ans pour transposer la législation en droit national.

Le Parlement plaide depuis longtemps en faveur de la liberté de la presse et d’une meilleure protection des personnes visées par les poursuites-bâillons. Compte tenu du nombre croissant de poursuites-bâillons dans l’UE, les députés ont adopté une série de résolutions depuis 2018 appelant à une action de l’UE contre le harcèlement juridique des journalistes, des médias et des militants. La Commission européenne a présenté sa proposition en avril 2022, dont un grand nombre des mesures préconisées par les députés dans une résolution de 2021.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Air quality: Council and Parliament strike deal to strengthen standards in the EU

Despite major improvements in air quality in the EU over the past three decades, air pollution continues...

Pedro Sanchez reçu par le Roi Mohammed VI

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a reçu, ce jour, au Palais Royal de Rabat, M. Pedro Sanchez, Président du Gouvernement espagnol,...

L’Allemagne teste la semaine à quatre jours

L'Allemagne a lancé un essai de semaine de travail de quatre jours pour de nombreux salariés, impliquant 45 entreprises dans tout le...

Medical devices: Council endorses new measures to help prevent shortages

The Council has endorsed key updates to the law on medical devices that will help prevent shortages and ease the transition to greater transparency and access...

Les Bahamas, le Belize, les Seychelles et les îles Turques et Caïques retirés de la liste de l’UE des juridictions non coopératives à des...

Le Conseil européen a retiré les Bahamas, le Belize, les Seychelles et les îles Turques et Caïques de la liste des juridictions...
- Advertisement -

More Articles Like This