8.6 C
Bruxelles
mardi, mai 21, 2024
No menu items!

Sites culturels iraniens pris pour cibles ? Trump fait machine arrière

À lire

Suisse : décès d’une fillette retrouvée inconsciente dans une forêt

Une fillette de 6 ans qui avait été retrouvée inconsciente dans une forêt en Suisse après avoir...

La réaction de Charles Michel envers l’Iran suscite la polémique : il se défend

La diplomatie, c’est le dialogue. Y compris avec des régimes avec lesquels nous avons de profondes divergences »,...

La montée de l’antisémitisme, de l’Anti islamismes de l’ Afrophobie au sein de l’Union Européenne.

La discrimination fondée sur les croyances religieuses n’a pas sa place dans notre monde. La haine menace...

Le président américain Donald Trump répond aux questions des journalistes depuis le Bureau ovale

Le président américain Donald Trump a retiré mardi sa menace de frapper des sites culturels iraniens, une affirmation qui avait suscité un tollé aux Etats-Unis et à travers le monde.

« Ils ont le droit de tuer nos ressortissants (…) et selon diverses lois, nous sommes censés être prudents avec leur héritage culturel… », a déploré M. Trump depuis le Bureau ovale en recevant le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

« Mais si c’est la loi, j’aime respecter la loi », a-t-il ajouté.

La polémique était née d’un tweet dans lequel Donald Trump menaçait de viser 52 sites si la République islamique réagissait militairement pour venger la mort du puissant général Qassem Soleimani, tué vendredi en Irak par une frappe américaine.

Ces 52 sites — en hommage symbolique au nombre d’Américains retenus en otages, à partir de la fin de 1979, à l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran– sont « de très haut niveau et très importants pour l’Iran et pour la culture iranienne », avait-il souligné.

Ces propos avaient mis le locataire de la Maison Blanche en porte-à-faux avec de la diplomatie américain Mike Pompeo qui a martelé de son côté que les Etats-Unis respecteraient « le droit international » en cas de représailles contre Téhéran.

La directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, a de son côté rappelé que les États-Unis avaient ratifié deux conventions, de 1954 et 1972, protégeant les biens culturels en cas de conflit.

AFP

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Suisse : décès d’une fillette retrouvée inconsciente dans une forêt

Une fillette de 6 ans qui avait été retrouvée inconsciente dans une forêt en Suisse après avoir...

La réaction de Charles Michel envers l’Iran suscite la polémique : il se défend

La diplomatie, c’est le dialogue. Y compris avec des régimes avec lesquels nous avons de profondes divergences », a rappelé lundi soir la...

La montée de l’antisémitisme, de l’Anti islamismes de l’ Afrophobie au sein de l’Union Européenne.

La discrimination fondée sur les croyances religieuses n’a pas sa place dans notre monde. La haine menace notre société et notre démocratie...

Les droits d’importation et les quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’UE suspendus pour une année supplémentaire

La suspension des droits d’importation et des quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’Union européenne sera prolongée d’un an, a-t-il été...

Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie: déclaration du haut représentant au nom de l’Union européenne, 17 mai 2024

L'homophobie, la transphobie et la biphobie n'ont pas leur place dans l'Union européenne ni ailleurs dans le monde. Pour faire en sorte...
- Advertisement -

More Articles Like This