8.6 C
Bruxelles
lundi, avril 15, 2024
No menu items!

La Belgique reprend des mères et des enfants des camps djihadistes syriens

À lire

La Finlande prend la sécurité et la défense au sérieux (NATO)

Le secrétaire général, Jens Stoltenberg, a reçu mercredi 10 avril 2024, le président finlandais, Alexander Stubb, au...

International Humanitarian Conference for Sudan and its Neighbours in Paris

High Representative/Vice President Josep Borrell and Commissioner for Crisis Management Janez Lenarčič  travel to Paris on Monday 15 April to...

Record post-winter gas storage levels in Europe

Europe is emerging from its second winter since Russia's illegal invasion of Ukraine. Despite many fears, we...

Dix enfants et six mères détenus dans un camp de prisonniers pour djihadistes en Syrie ont été rapatriés par avion en Belgique dans le cadre du plus grand rapatriement de membres présumés de l’État islamique (EI) depuis la chute du groupe en 2019, rapporte la BBC.

Des centaines d’Européens qui se sont rendus en Syrie pour rejoindre l’EI, y compris des femmes et des enfants, sont piégés dans des camps gérés par les Kurdes dans le nord de la Syrie.

De nombreux pays européens ne leur ont pas permis de revenir, mais la Belgique souhaite ramener de jeunes enfants.

Trois mères et sept enfants ont rejeté l’offre de retour en Belgique, selon des informations.

Une fois rentrées du camp de Roj, dans le nord-est de la Syrie, les mères devraient être arrêtées et inculpées par les autorités antiterroristes, tandis que les enfants seront pris en charge.

Le Premier ministre Alexander de Croo a annoncé en mars que la Belgique « ferait tout » pour rapatrier les moins de 12 ans dans les camps. Il a estimé qu’il était important de considérer leur « bien-être ».

Heidi De Pauw, de l’ONG Child Focus, a salué la décision. Elle a déclaré à l’agence de presse AFP que les enfants devraient pouvoir « sortir des dangers de ces zones de guerre ».

Après le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011, plus de 400 Belges s’y sont rendus pour rejoindre l’EI – parmi le plus grand nombre de tous les pays européens.

À son apogée, l’EI contrôlait 88 000 km² (34 000 miles carrés) de terres s’étendant à travers la Syrie et l’Irak.

Mais après que les militants ont été déclarés territorialement vaincus dans la région en mars 2019, les mères et les enfants ont été transférés dans des camps avec des milliers d’autres déplacés.

Préoccupés par le risque sécuritaire qu’ils représentent, certains gouvernements européens se sont montrés réticents à rapatrier leurs citoyens des camps.

Le cas de Shamima Begum, l’écolière britannique qui a rejoint l’EI en 2015 et a ensuite été déchue de sa citoyenneté britannique pour des raisons de sécurité, en est un exemple frappant.

Mais des groupes de défense des droits humains ont exhorté les gouvernements à reprendre leurs citoyens, arguant que laisser les femmes et les enfants dans les camps les expose à un risque de maladie et de radicalisation.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

La Finlande prend la sécurité et la défense au sérieux (NATO)

Le secrétaire général, Jens Stoltenberg, a reçu mercredi 10 avril 2024, le président finlandais, Alexander Stubb, au...

International Humanitarian Conference for Sudan and its Neighbours in Paris

High Representative/Vice President Josep Borrell and Commissioner for Crisis Management Janez Lenarčič  travel to Paris on Monday 15 April to participate in the ‘International Humanitarian...

Record post-winter gas storage levels in Europe

Europe is emerging from its second winter since Russia's illegal invasion of Ukraine. Despite many fears, we have emerged stronger than before,...

L’Allemagne arrête trois personnes soupçonnées de terrorisme

Les autorités allemande ont arrêté deux adolescents et un adolescent dans l’ouest du pays, soupçonnés d’avoir planifié une attaque, ont annoncé vendredi...

Soupçons d’espionnage russe au parlement européen : la Justice Belge ouvre une enquête

"Les paiements en liquide n'ont pas eu lieu en Belgique, mais les interférences oui", a indiqué M. De Croo, lors d'une conférence...
- Advertisement -

More Articles Like This