8.6 C
Bruxelles
mardi, mai 21, 2024
No menu items!

Le Parlement européen souhaite renforcer la cybersécurité dans l’UE (interview)

À lire

Suisse : décès d’une fillette retrouvée inconsciente dans une forêt

Une fillette de 6 ans qui avait été retrouvée inconsciente dans une forêt en Suisse après avoir...

La réaction de Charles Michel envers l’Iran suscite la polémique : il se défend

La diplomatie, c’est le dialogue. Y compris avec des régimes avec lesquels nous avons de profondes divergences »,...

La montée de l’antisémitisme, de l’Anti islamismes de l’ Afrophobie au sein de l’Union Européenne.

La discrimination fondée sur les croyances religieuses n’a pas sa place dans notre monde. La haine menace...

Les députés veulent mieux protéger les Européens et les entreprises contre le nombre croissant de cybermenaces. Apprenez-en plus dans une interview avec le député européen Bart Groothuis.

Alors que les réseaux et les systèmes d’information sont aujourd’hui devenus des éléments centraux de notre vie quotidienne, les menaces à la cybersécurité sont de plus en plus présentes. Ces menaces peuvent causer des dommages financiers, perturber l’approvisionnement en eau et en électricité ou même le fonctionnement des hôpitaux. Une cybersécurité forte est cruciale pour protéger les citoyens, embrasser la transformation numérique et bénéficier pleinement des avantages économiques, sociaux et environnementaux de la numérisation.

Le 11 novembre, le Parlement a adopté sa position de négociation sur la révision de la directive sur la sécurité des réseaux et des systèmes d’information (directive SRI). Bart Groothuis, député en charge du dossier, explique ce que veut le Parlement européen.

Quelles sont les menaces à la cybersécurité les plus importantes ?

Les ransomwares sont de loin la menace la plus importante. Le nombre d’attaques a triplé dans le monde en 2020 et nous prévoyons un autre pic cette année. Il y a dix ans, les ransomwares ciblaient les personnes. Quelqu’un devait payer 100 € ou 200 € au pirate informatique. Aujourd’hui, le paiement moyen s’élève à 140 000 €. Les grandes entreprises comme les plus petites sont attaquées et elles doivent payer car elles ne peuvent pas fonctionner autrement.

C’est aussi la menace la plus importante car c’est un outil de politique étrangère pour les États voyous.Ransomware (Source : Enisa)

  • Malware qui empêche la victime d’utiliser le système et les données qui y sont stockées. La victime reçoit généralement une note de chantage par pop-up, demandant le paiement d’une rançon pour pouvoir accéder de nouveau au système.

Comment cette pandémie de ransomware affecte-t-elle la vie d’un citoyen ou d’une entreprise ?

Les ransomwares ciblent presque tout ce qui offre des services aux citoyens. Il peut s’agir d’une municipalité locale, d’un hôpital, d’un fabricant local. Le Parlement et le Conseil travaillent sur une législation en matière de cybersécurité. Le but est de mieux protéger ces entités contre les hackers. Les entreprises de l’UE qui fournissent des services essentiels ou importants devront prendre des mesures en matière de cybersécurité, et les gouvernements doivent avoir les capacités d’aider ces entreprises et d’échanger des informations avec elles et d’autres gouvernements.

Que demande le Parlement ?

Le Parlement demande une législation ambitieuse. Son champ d’action doit être large, nous devons couvrir et soutenir les entités vitales pour notre mode de vie. Vivre et faire des affaires en Europe devrait être sûr. Il ne faut pas attendre, nous avons besoin de cette nouvelle législation rapidement.

Pourquoi est-il nécessaire d’agir rapidement ?

En cybersécurité, vous devez vous assurer que vous n’êtes pas le plus faible. Les entreprises européennes investissent déjà 41 % de moins que les entreprises américaines. Les États-Unis évoluent rapidement, Biden est entrain de créer une législation d’urgence et vous ne voulez pas être dans une situation où l’Europe devient plus attractive pour les pirates ransomware que d’autres parties du monde. Il faut maintenant investir dans la cybersécurité.

La deuxième raison est qu’il existe des soucis dans la communauté de la cybersécurité qui doivent être résolus dès que possible. Les professionnels de la cybersécurité ont souvent des préoccupations concernant le RGPD Règlement général sur la protection des données). Peuvent-ils ou non partager des données liées à la cybersécurité ? Une base juridique solide pour partager ces données devrait être établie afin d’aider à prévenir les cyberattaques.

À quels défis le Parlement pourrait-il être confronté dans les négociations ?

Il y aura débat sur la portée, sur les entités qui devraient être incluses. Nous devrons discuter de l’impact administratif sur les entreprises. Le Parlement estime que la législation devrait protéger les entreprises, mais qu’elle devrait également être pratique et réaliste. Que peut-on raisonnablement demander ? Un autre problème est le cœur d’Internet, le serveur racine du DNS (système de noms de domaine).

La Commission européenne et le Conseil veulent faire entrer cela dans le champ d’application des règles et le réguler. Je m’y oppose fermement, car la Russie et la Chine voudront faire de même, et nous devrions garder ce cœur libre et ouvert et conserver notre modèle multipartite.

Pourquoi est-il important d’avoir des règles de cybersécurité communes à tous les pays de l’UE ?

La base de cette législation est le fonctionnement du marché intérieur. Peu importe que vous fassiez des affaires en Slovaquie, en Allemagne ou aux Pays-Bas, vous voulez vous assurer qu’il existe un niveau commun d’exigences en matière de cybersécurité et que le pays dans lequel vous vous trouvez dispose d’une infrastructure de cybersécurité. Nous devons harmoniser les règles et sécuriser la vie de nos citoyens.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Suisse : décès d’une fillette retrouvée inconsciente dans une forêt

Une fillette de 6 ans qui avait été retrouvée inconsciente dans une forêt en Suisse après avoir...

La réaction de Charles Michel envers l’Iran suscite la polémique : il se défend

La diplomatie, c’est le dialogue. Y compris avec des régimes avec lesquels nous avons de profondes divergences », a rappelé lundi soir la...

La montée de l’antisémitisme, de l’Anti islamismes de l’ Afrophobie au sein de l’Union Européenne.

La discrimination fondée sur les croyances religieuses n’a pas sa place dans notre monde. La haine menace notre société et notre démocratie...

Les droits d’importation et les quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’UE suspendus pour une année supplémentaire

La suspension des droits d’importation et des quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’Union européenne sera prolongée d’un an, a-t-il été...

Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie: déclaration du haut représentant au nom de l’Union européenne, 17 mai 2024

L'homophobie, la transphobie et la biphobie n'ont pas leur place dans l'Union européenne ni ailleurs dans le monde. Pour faire en sorte...
- Advertisement -

More Articles Like This