8.6 C
Bruxelles
mercredi, avril 17, 2024
No menu items!

La crise humanitaire au Soudan: Un appel à la paix

À lire

Le Soudan, une crise quasi oubliée

Le Soudan était à l’ordre du jour lors de la dernière réunion de la commission «Développement» le...

Bruxelles: Alerte à la bombe au palais de justice, en cours d’évacuation

Le palais de justice de la place Poelaert à Bruxelles a été évacué peu après 15 heures...

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc pour une société et une économie marocaines plus dynamiques

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed...

Les combats acharnés entre l’armée et les paramilitaires qui se disputent le pouvoir au Soudan ont transformé le pays en un véritable brasier. A l’origine du conflit, la rivalité entre deux anciens alliés, qui utilisent cette guerre pour assouvir leurs ambitions personnelles, de soif du pouvoir. En commission Développement, nous avons évoqué les multiples conséquences humanitaires de ce nouveau confit qui ont provoqué la mort de milliers de personnes et plongé le pays dans le chaos.

L’argent ou plutôt l’or est le nerf de cette guerre. La découverte de gisements d’or situés au Djebel Amir arrive à point, pour remplacer le pétrole du Soudan du Sud, déclaré indépendant et fournir à l’état des recettes nécessaires. Cependant, on constate que les conditions de sécurité dans les mines sont déplorables. Dans une telle atmosphère, la situation humanitaire qui était déjà précaire s’est considérablement aggravée, suite aux affrontements intenses et sans répit.

La détérioration de la situation est marquée par l’augmentation du nombre de décès parmi les civils, par la destruction des installations sanitaires et de communications.

Les bombardements n’ont épargné ni les hôpitaux, ni les organisations humanitaires qui sont la cible des affrontements. À cela s’ajoute la crise climatique avec le début de la saison des pluies. Les conséquences du réchauffement climatique ne font qu’agrandir l’intensité des inondations.

De nombreux hôpitaux ont dû fermer en raison de la proximité des combats ou
manque de sang, de matériel de transfusion. Un quart de la population souffre de famine aiguë et près de 4 millions de personnes sont déplacés: plus de 300 000 personnes à l’intérieur du Soudan et 100 000 vers les sept pays frontaliers
notamment vers le Tchad, la République Centrafricaine, l’Éthiopie et l’Égypte.

Ceux qui restent endurent des pénuries d’eau, d’électricité et de nourriture. Parmi les réfugiés, on constate un nombre considérable de femmes. Ces populations qui franchissent les frontières, ont un besoin urgent de nourriture, de soins de santé, mais aussi d’un soutien psychique. En effet, dans la plupart des cas, ces réfugiés ont été témoins ou victimes de violence. En période de conflit, les femmes sont souvent considérées comme «le repos du guerrier.»

Elles subissent des violences de tous ordres. Il convient donc de mettre en place des mécanismes de prévention et de lutte contre la violence sexuelle et sexiste.
Cet exode risque de déstabiliser les pays voisins tels que le Tchad, le Soudan du Sud, la République Centrafricaine et l’Éthiopie qui sont déjà à la limite de leurs capacités. Cette crise aggrave les besoins humanitaires.

En effet, suite au conflit, les échanges commerciaux sont interrompus ce qui entraîne une hausse des prix des denrées alimentaires, d’autant plus que les chaînes d’approvisionnement ne fonctionnent plus.

Le problème de l’insécurité alimentaire risque d’engendrer la famine dans tout le pays.

Conclusion :

Malgré un cessez-le-feu qui devait entrer en vigueur lundi 22 mai 2023, les combats font rage dans la capitale avec toutes sortes d’armes et d’explosions.
Au vu des besoins, il est urgent que les appels à la fin des combats en vue de la paix soient respectés. Tous les pays, L’Union Européenne, l’Union Africaine, la communauté internationale doivent unir leurs efforts pour soutenir le peuple
soudanais en cette période critique. Ils doivent faire pression sur les belligérants afin de pouvoir assurer une aide humanitaire efficace aux civils pris entre deux feux.

Dr. Pierrette Herzberger-Fofana,
Députée au Parlement Européen
1 ère Vice-Présidente de la Commission « Développement »
Vice-Présidente de l’Assemblée Parlementaire Paritaire ACP-UE
Vice-Présidente de la Délégation avec le Parlement Panafricain

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Le Soudan, une crise quasi oubliée

Le Soudan était à l’ordre du jour lors de la dernière réunion de la commission «Développement» le...

Bruxelles: Alerte à la bombe au palais de justice, en cours d’évacuation

Le palais de justice de la place Poelaert à Bruxelles a été évacué peu après 15 heures ce mardi en raison d’une...

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc pour une société et une économie marocaines plus dynamiques

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, durant ces vingt-cinq dernières...

Fight for democracy in Romania: A call to action George Simion*

Romania stands at a pivotal moment in its democratic journey, facing a critical test of its commitment to upholding democratic principles.

European Commission paving the way for regular payments under the Ukraine Facility

The new Ukraine Facility, which entered into force on 1st March, foresees up to €50 billion of stable financing, in grants and...
- Advertisement -

More Articles Like This