8.6 C
Bruxelles
mercredi, avril 17, 2024
No menu items!

Libye : Le premier ministre suspend sa ministre des AE après sa réunion à Rome avec son homologue israélien

À lire

Le Soudan, une crise quasi oubliée

Le Soudan était à l’ordre du jour lors de la dernière réunion de la commission «Développement» le...

Bruxelles: Alerte à la bombe au palais de justice, en cours d’évacuation

Le palais de justice de la place Poelaert à Bruxelles a été évacué peu après 15 heures...

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc pour une société et une économie marocaines plus dynamiques

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed...

Le Premier ministre libyen d’unité nationale, Abdel Hamid Dbeibah, a suspendu sa ministre des Affaires étrangères, Najla El Mangoush, à la suite de sa rencontre la semaine dernière à Rome avec le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen.

Le gouvernement d’unité nationale basé à Tripoli a qualifié la rencontre à Rome entre Najla Mangoush et Eli Cohen de « accidentelle, officieuse et non planifiée à l’avance ».

Des responsables israéliens auraient établi des contacts avec le gouvernement d’unité libyen il y a plusieurs mois.

Mangoush fait l’objet d’une enquête et a été placé en « suspension administrative ». Mais selon le al-Wasat journal, elle a quitté la Libye à bord d’un jet privé deux heures après sa suspension et s’est dirigée vers la Turquie.

Le gouvernement d’unité nationale basé à Tripoli a publié une déclaration qualifiant la réunion de Rome d’« accidentelle, non officielle et non planifiée à l’avance ».

« La Libye nie catégoriquement l’exploitation par la presse hébraïque et internationale et leur tentative de conférer à l’incident le caractère de réunions », indique le communiqué, qui souligne le « rejet complet et absolu de Tripoli de la normalisation avec l’entité sioniste » et affirme son « plein soutien ». engagement envers les problèmes des nations arabes et islamiques, au premier rang desquels la cause palestinienne.

Le chef du Conseil présidentiel libyen, Mohammed Menfi, a appelé le Premier ministre Dabaiba à fournir des explications concernant la réunion. Il a déclaré que la rencontre entre Mangoush et Cohen « ne reflète pas la politique étrangère de l’État libyen » et constitue « une violation des lois libyennes qui criminalisent la normalisation avec l’entité sioniste ».

La nouvelle de la réunion a poussé les manifestants dans les rues de Libye, au cours desquelles des drapeaux israéliens ont été brûlés et des chants de solidarité avec les Palestiniens ont été entendus.

Cette évolution survient quelques heures après que Jérusalem ait révélé que Cohen et Mangoush s’étaient rencontrés pour discuter de la possibilité de normaliser leurs relations.

Lors de la toute première rencontre entre les représentants des deux pays, Cohen a proposé une aide humanitaire à ce pays d’Afrique du Nord ravagé par le conflit et a discuté des efforts visant à préserver l’héritage de la communauté juive libyenne.

Des responsables israéliens auraient établi des contacts avec le gouvernement d’unité libyen il y a plusieurs mois.

Un responsable du gouvernement libyen a déclaré au Associated Press que la possibilité que la Libye rejoigne les accords d’Abraham a été discutée pour la première fois en janvier lors d’une réunion à Tripoli entre al-Dbeibeh et le directeur de la CIA, William Burns.

La source a dit à AP que le Premier ministre libyen a initialement approuvé la proposition de normalisation de Burns, mais s’est retiré de sa position en raison des craintes d’une réaction négative de l’opinion publique dans le pays qui a historiquement soutenu la cause palestinienne.

« La rencontre historique avec la ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla Mangoush, est la première étape dans les relations entre Israël et la Libye », a déclaré Cohen dans un communiqué, expliquant que « étant donné la taille et l’emplacement stratégique de la Libye, les relations sont d’une grande importance et ont un impact énorme ». potentiel pour l’État d’Israël.

Déchirée par une guerre civile sanglante depuis qu’une rébellion soutenue par l’OTAN a renversé le dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est divisée depuis plus d’une décennie entre les gouvernements rivaux de Tripoli et de Benghazi.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Le Soudan, une crise quasi oubliée

Le Soudan était à l’ordre du jour lors de la dernière réunion de la commission «Développement» le...

Bruxelles: Alerte à la bombe au palais de justice, en cours d’évacuation

Le palais de justice de la place Poelaert à Bruxelles a été évacué peu après 15 heures ce mardi en raison d’une...

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc pour une société et une économie marocaines plus dynamiques

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, durant ces vingt-cinq dernières...

Fight for democracy in Romania: A call to action George Simion*

Romania stands at a pivotal moment in its democratic journey, facing a critical test of its commitment to upholding democratic principles.

European Commission paving the way for regular payments under the Ukraine Facility

The new Ukraine Facility, which entered into force on 1st March, foresees up to €50 billion of stable financing, in grants and...
- Advertisement -

More Articles Like This