8.6 C
Bruxelles
samedi, avril 20, 2024
No menu items!

La Commission européenne ouvre une enquête anti-subventions sur les véhicules électriques importés de Chine

À lire

L’Arménie et l’Iran : une alliance qui pose questions

Quelques jours après l’attaque d’Israël par l’Iran, nombre de pays ont condamné cette attaque manquée contre des...

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, reçoit la plus haute distinction de la Belgique

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a reçu vendredi à Bruxelles la plus haute distinction...

L’Arménie accepte le retour « historique » de quatre villages à l’Azerbaïdjan (Aykhan Hajizada)

L’Arménie a accepté de restituer quatre villages à l’Azerbaïdjan, comme l’a annoncé vendredi le porte-parole du...

La Commission européenne examine si l’État chinois accorde des aides d’État illégales pour la vente de véhicules électriques à batterie en Chine et si ces aides d’État causent un préjudice économique aux producteurs européens de ces véhicules.

Selon la communication de la Commission européenne, l’enquête suivra une procédure juridique rigoureuse conforme aux règles de l’UE et de l’OMC et permettra à toutes les parties intéressées, y compris le gouvernement chinois et les entreprises/exportateurs chinois, de présenter des observations, des preuves et des arguments.

« Le secteur des véhicules électriques présente un énorme potentiel pour la compétitivité future de l’Europe et son leadership dans le domaine de l’industrie verte. Les constructeurs automobiles et les secteurs connexes de l’UE investissent déjà et développent des solutions innovantes pour exploiter pleinement ces possibilités. Nous prendrons des mesures énergiques chaque fois que nous constaterons que leurs efforts sont entravés par des distorsions du marché et une concurrence déloyale. Nous le ferons dans le plein respect de
nos obligations communautaires et internationales, car l’Europe respecte les règles, tant à l’intérieur de ses frontières que dans le reste du monde. Cette enquête antisubventions sera approfondie, équitable et fondée sur des faits », a déclaré Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

La Chambre de commerce et d’industrie de Chine (CCCEU), basée à Bruxelles, exprime son vif mécontentement à l’égard de l’enquête antisubventions.

L’inquiétude du gouvernement chinois provient de l’absence de plaintes substantielles de la part des industries de l’UE, « ce qui soulève des doutes quant à la nécessité et à l’équité de l’enquête ». Selon le CCCEU, la Commission européenne n’a pas suffisamment pris en compte l’impact négatif potentiel de l’enquête sur la chaîne d’approvisionnement industrielle des véhicules électriques, les relations commerciales entre la Chine et l’UE en général et les
objectifs écologiques mondiaux.

Selon le CCCEU, cette enquête envoie un message dissuasif aux investisseurs chinois dans l’UE et contredit les propres objectifs de l’UE, tels que la promotion du secteur de l’électricité dans le cadre du « European Green Deal ».

Le ciblage sélectif des fabricants chinois de VE et la description exagérée du « risque de préjudice » des exportations chinoises vers le marché de l’UE ignorent la nature mutuellement bénéfique des chaînes d’approvisionnement mondiales de VE. Non seulement cela entrave la concurrence loyale, mais cela nuit également aux intérêts communs de l’UE et de l’industrie automobile mondiale.

Le CCCEU est donc également très préoccupé par les tendances protectionnistes et la politisation croissante de l’environnement commercial de l’UE », peut-on lire dans une déclaration de la Chambre de commerce de Chine. Elle ajoute que la Chambre suivra de près l’enquête et attend de la partie européenne qu’elle garantisse un procès équitable, des droits de défense complets pour les entreprises chinoises et un environnement de marché équitable, non discriminatoire et prévisible.

Les fabricants européens considèrent que la racine du problème est ailleurs. Ils affirment qu’il existe un réel danger que les constructeurs automobiles européens se laissent distancer par leurs rivaux chinois dans le domaine des voitures électriques, comme en témoigne le fait que les marques allemandes orientées vers l’exportation ont déjà perdu en Chine. Dans le même temps, les ventes de voitures électriques fabriquées en Chine, y compris Tesla et la
marque Dacia de Renault, augmentent régulièrement et de plus en plus en Europe.

Les constructeurs automobiles européens affirment qu’il ne s’agit pas de pratiques déloyales ou de normes environnementales laxistes en dehors de l’Europe. C’est parce que les Chinois ont de meilleures batteries, de meilleurs logiciels et de meilleurs systèmes d’infodivertissement. Les constructeurs automobiles européens sont également à la traîne parce qu’ils ont été trop lents à investir dans l’électrification.

La Commission européenne est également responsable de ce retard ! Le « diesel propre » a d’abord été promu, puis est venu le Dieselgate. L’industrie a alors prétendu que les hybrides rechargeables, qui utilisent à la fois la propulsion électrique et la propulsion à essence, constituaient une meilleure solution. Cependant, il s’est rapidement avéré qu’il s’agissait de « fausses voitures électriques », ce qui a conduit les gouvernements européens à en décourager l’achat.

L’Union européenne revient maintenant sur la mauvaise voie en combinant le diesel synthétique et l’essence avec l’hydrogène et le charbon. La Commission européenne prétend que cela sauvera les moteurs à combustion interne de l’obsolescence. Mais ces e-carburants ne font que rendre l’industrie automobile européenne e-folle.

Par : Endre Barcs

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

L’Arménie et l’Iran : une alliance qui pose questions

Quelques jours après l’attaque d’Israël par l’Iran, nombre de pays ont condamné cette attaque manquée contre des...

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, reçoit la plus haute distinction de la Belgique

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a reçu vendredi à Bruxelles la plus haute distinction de la Belgique, le Grand...

L’Arménie accepte le retour « historique » de quatre villages à l’Azerbaïdjan (Aykhan Hajizada)

L’Arménie a accepté de restituer quatre villages à l’Azerbaïdjan, comme l’a annoncé vendredi le porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères,...

NATO : Le secrétaire général souligne le soutien de l’ alliance à l’Ukraine lors de la réunion du G7

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a souligné l’importance de renforcer le soutien à l’Ukraine lors de la réunion des ministres...

Horizon Europe : la Commission européenne va augmenter son financement pour 2024

La Commission européenne a adopté un amendement au programme de travail 2023-24 d’Horizon Europe, le programme de recherche et d’innovation de...
- Advertisement -

More Articles Like This