8.6 C
Bruxelles
mardi, mai 21, 2024
No menu items!

Paris : une jeune femme refoulée à l’entrée du musée d’Orsay à cause de son décolleté

À lire

Suisse : décès d’une fillette retrouvée inconsciente dans une forêt

Une fillette de 6 ans qui avait été retrouvée inconsciente dans une forêt en Suisse après avoir...

La réaction de Charles Michel envers l’Iran suscite la polémique : il se défend

La diplomatie, c’est le dialogue. Y compris avec des régimes avec lesquels nous avons de profondes divergences »,...

La montée de l’antisémitisme, de l’Anti islamismes de l’ Afrophobie au sein de l’Union Européenne.

La discrimination fondée sur les croyances religieuses n’a pas sa place dans notre monde. La haine menace...

Recalée à l’entrée du musée d’Orsay à cause de son décolleté. La mésaventure d’une jeune femme enflamme les réseaux sociaux ce mercredi. Elle raconte s’être vue refuser l’entrée à cause de sa tenue et dénonce la sexualisation de son corps par le personnel de l’établissement.

Interdite de musée à cause de sa tenue. Le témoignage ce mercredi d’une internaute a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. Jeanne accuse le personnel du musée d’Orsay de lui avoir refusé l’entrée à cause de son décolleté. Elle dit avoir été contrainte de porter une veste par 26 degrés pour pouvoir admirer les tableaux. Photo à l’appui, elle dénonce la sexualisation de son corps, dans un musée qui expose pourtant des œuvres de nu.

« Ça ne passe pas », lui ont dit les agents qui s’occupent des entrées. Le prix pour voir les tableaux : mettre une veste pour cacher sa poitrine.  On est loin de la liberté des nus de Renoir et Courbet, pourtant exposés quelques mètres plus loin. Aucune règle n’est affichée, pas de code vestimentaire. La jeune femme dénonce un jugement sexiste de la part du personnel : « si je n’avais pas de poitrine, on ne m’aurait rien dit ».

Le musée d’Orsay a réagi sur Twitter puis dans un communiqué. L’établissement « regrette profondément cet incident » et a contacté la jeune femme pour lui présenter ses excuses. Il ajoute que « un rappel des règles d’accueil a été effectué auprès de la société prestataire placée aux entrées du musée ».

Jeanne affirme qu’elle n’a pas cherché à « faire le buzz », mais à dénoncer un comportement qu’elle a déjà vécu par le passé. « Ce n’est même pas la chose la plus violente à laquelle j’ai été confrontée dans ma vie. Encore aujourd’hui, en 2020, une femme de 22 ans en France peut vivre ce genre de discrimination d’une institution », regrette la jeune femme.

France Bleu

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Suisse : décès d’une fillette retrouvée inconsciente dans une forêt

Une fillette de 6 ans qui avait été retrouvée inconsciente dans une forêt en Suisse après avoir...

La réaction de Charles Michel envers l’Iran suscite la polémique : il se défend

La diplomatie, c’est le dialogue. Y compris avec des régimes avec lesquels nous avons de profondes divergences », a rappelé lundi soir la...

La montée de l’antisémitisme, de l’Anti islamismes de l’ Afrophobie au sein de l’Union Européenne.

La discrimination fondée sur les croyances religieuses n’a pas sa place dans notre monde. La haine menace notre société et notre démocratie...

Les droits d’importation et les quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’UE suspendus pour une année supplémentaire

La suspension des droits d’importation et des quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’Union européenne sera prolongée d’un an, a-t-il été...

Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie: déclaration du haut représentant au nom de l’Union européenne, 17 mai 2024

L'homophobie, la transphobie et la biphobie n'ont pas leur place dans l'Union européenne ni ailleurs dans le monde. Pour faire en sorte...
- Advertisement -

More Articles Like This