8.6 C
Bruxelles
lundi, juin 17, 2024
No menu items!

Libye: l’Union européenne peine à assurer le contrôle de l’embargo sur les armes

À lire

Next European Parliament more pro-Israel?

For Israel, the most important question is who will succeed Josep Borrell as EU’s High Representative for...

Concerns Over EU Carbon Border Adjustment Mechanism & Its Impact on British Green Energy

The introduction of the European Union’s Carbon Border Adjustment Mechanism (CBAM) has raised concerns within the...

Ukrainian NGO ‘Arm Women Now’ exhibit on display at NATO HQ

A Ukrainian NGO – “Arm Women Now” – is pioneering the manufacturing of female-specific uniforms, body armour...

En raison d’un refus de l’Autriche, l’Union européenne n’arrivera pas à un accord ce lundi 17 février concernant la reprise de l’opération navale Sophia. Initiée en 2015, l’opération a pour but de contrôler l’embargo de l’ONU sur les armes à destination de la Libye.

« Je ne pense pas que nous soyons en mesure de faire cela », a reconnu le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, peu avant une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne à Bruxelles. En effet, pour que l’opération Sophia soit relancée, « l’unanimité est nécessaire » et « si nous ne l’obtenons pas, nous ne pouvons pas aller de l’avant », a regretté Josep Borrell.

Décidé en 2015, le mandat de l’opération Sophia a été prolongé jusqu’au 31 mars 2020. Mais l’opération ne reprendra pas immédiatement puisque l’Autriche refuse de reprendre les opérations navales. Le pays estime que cette opération est « un billet d’entrée en Europe pour des milliers de migrants clandestins », une position confirmée par le ministre autrichien des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg, dans un entretien au quotidien Die Welt.

L’Europe « doit être capable de faire de la politique européenne »

Les navires européens avaient été retirés de la méditerranée suite au refus de l’Italie de laisser les migrants sauvés en mer débarquer sur son territoire.

Josep Borrel s’est tout même montré optimiste. « Si nous ne pouvons pas nous entendre aujourd’hui, nous tenterons de le faire lors du prochain conseil » des ministres des Affaires étrangères prévu le 23 mars à Bruxelles, a-t-il déclaré. « Je ne peux pas imaginer qu’un pays comme l’Autriche dise non en fin de compte, a ajouté le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg, Jean Asselborn, je comprends que l’Europe ne soit parfois pas capable de faire de la politique mondiale, mais elle doit être capable de faire de la politique européenne ».

AFP

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Next European Parliament more pro-Israel?

For Israel, the most important question is who will succeed Josep Borrell as EU’s High Representative for...

Concerns Over EU Carbon Border Adjustment Mechanism & Its Impact on British Green Energy

The introduction of the European Union’s Carbon Border Adjustment Mechanism (CBAM) has raised concerns within the British energy sector.

Ukrainian NGO ‘Arm Women Now’ exhibit on display at NATO HQ

A Ukrainian NGO – “Arm Women Now” – is pioneering the manufacturing of female-specific uniforms, body armour and other non-lethal equipment. An...

Invasion de l’Ukraine – Zelensky présentera des propositions de paix à la Russie après validation internationale

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré samedi qu'il ferait des propositions de paix à la Russie une fois qu'elles auront été...

Suisse : Les pays du Sud au Sommet de la paix

En lançant le Sommet de la paix aujourd’hui en Suisse, l’Ukraine a fait un pas important vers l’intensification de ses contacts avec...
- Advertisement -

More Articles Like This