8.6 C
Bruxelles
lundi, mai 20, 2024
No menu items!

La commission des affaires juridiques du Parlement européen donne son feu vert à un projet de loi sur l’impact des entreprises sur les droits de l’homme et l’environnement

À lire

Haine, Antisémitisme , Islamophobie et Afrophobie : Lutte contre la montée de l’antisémitisme et du sentiment antimusulman

La discrimination fondée sur les croyances religieuses n’a pas sa place dans notre monde. La haine menace...

Les droits d’importation et les quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’UE suspendus pour une année supplémentaire

La suspension des droits d’importation et des quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’Union européenne sera...

Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie: déclaration du haut représentant au nom de l’Union européenne, 17 mai 2024

L'homophobie, la transphobie et la biphobie n'ont pas leur place dans l'Union européenne ni ailleurs dans le...
Mardi, la commission des affaires juridiques du Parlement européen a approuvé un projet de loi, qui avait été convenu avec les gouvernements de l’UE, qui oblige les entreprises à remédier à leurs impacts négatifs sur les droits de l’homme et l’environnement.

Les nouvelles règles, connues sous le nom de règles de « diligence raisonnable », ont été adoptées par les eurodéputés de la commission des affaires juridiques avec 20 voix pour, 4 contre et aucune abstention.

« Je suis ravi qu’une nette majorité des membres de la commission des affaires juridiques ait soutenu aujourd’hui la directive sur le devoir de diligence.

« Il est grand temps que cette législation soit adoptée, afin de mettre fin aux abus des entreprises et de clarifier ce que l’on attend d’elles. J’attends avec impatience le vote en plénière et je suis convaincue qu’il sera adopté rapidement ».

Lara Wolters, eurodéputée

Ces règles obligent les entreprises à atténuer les conséquences négatives de leurs activités sur divers fronts, y compris les violations des droits de l’homme telles que l’esclavage et le travail des enfants, ainsi que les préoccupations environnementales telles que la perte de biodiversité, la pollution et la destruction des habitats naturels.

L’obligation de prévenir, d’éliminer ou d’atténuer ces effets préjudiciables s’étend à la fois aux partenaires en amont impliqués dans la conception, la fabrication, le transport et l’approvisionnement, ainsi qu’aux partenaires en aval engagés dans la distribution, le transport et le stockage.

La portée de ces règlements et le plan de transition qui y est associé sont importants. Elles seront applicables aux entreprises au sein de l’UE et au-delà, y compris les sociétés mères de plus de 1000 employés et dont le chiffre d’affaires dépasse 450 millions d’euros.

Les franchises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 80 millions d’euros, générées avec au moins 22,5 millions d’euros de royalties, seront également soumises à cette réglementation.

En outre, les entreprises devront intégrer des pratiques de diligence raisonnable dans leurs politiques et leurs systèmes de gestion des risques, et établir et exécuter un plan de transition alignant leurs modèles d’affaires sur la limite de réchauffement climatique fixée dans l’Accord de Paris, visant une augmentation maximale de la température de 1,5 °C.

Ce plan de transition doit définir des cibles de lutte contre les changements climatiques assorties d’un échéancier, les mesures nécessaires pour les atteindre et les investissements nécessaires à la mise en œuvre du plan.

En ce qui concerne la responsabilité civile et les pénalités, les entreprises qui ne respectent pas leurs obligations de diligence raisonnable seront tenues responsables.

Ils seront tenus d’indemniser intégralement les victimes touchées par leur négligence, de mettre en place des mécanismes de plainte et de s’engager auprès des personnes et des communautés touchées par leurs activités.

Les États membres nommeront des autorités de contrôle chargées de surveiller, d’enquêter et d’imposer des sanctions aux entreprises non conformes.

Ces sanctions peuvent inclure des amendes allant jusqu’à 5 % du chiffre d’affaires net mondial d’une entreprise.

Les entreprises étrangères opérant dans les États membres de l’UE devront désigner un représentant autorisé pour communiquer avec les autorités de contrôle concernant le respect de la diligence raisonnable en leur nom.

En outre, le réseau européen des autorités de contrôle sera créé par la Commission afin de faciliter la coopération entre les organes de contrôle.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Haine, Antisémitisme , Islamophobie et Afrophobie : Lutte contre la montée de l’antisémitisme et du sentiment antimusulman

La discrimination fondée sur les croyances religieuses n’a pas sa place dans notre monde. La haine menace...

Les droits d’importation et les quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’UE suspendus pour une année supplémentaire

La suspension des droits d’importation et des quotas sur les exportations ukrainiennes vers l’Union européenne sera prolongée d’un an, a-t-il été...

Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie: déclaration du haut représentant au nom de l’Union européenne, 17 mai 2024

L'homophobie, la transphobie et la biphobie n'ont pas leur place dans l'Union européenne ni ailleurs dans le monde. Pour faire en sorte...

Parlement Européen : Le droit à l’avortement inclus dans la Charte de l’UE

Lors de la dernière plénière à Bruxelles, les membres du Parlement européen ont adopté une résolution appelant à inclure le droit à...

France : Ouverture du 77e Festival de Cannes

La cérémonie d'ouverture du 77e Festival de Cannes s'est tenue mardi soir dans cette ville littorale dans le sud de la France.
- Advertisement -

More Articles Like This