8.6 C
Bruxelles
mercredi, février 28, 2024
No menu items!

Affaire Pegasus : le Maroc et la Hongrie rejettent les accusations d’espionnage

À lire

La Brussels Pride fait son retour, la date de l’événement révélée

La Brussels Pride March se déploiera le 18 mai dans les rues du centre-ville tandis que le...

Vice-President Josep Borrell’s speech at the EP debate: „ We have to strengthen European Defence in a volatile geopolitical landscape”

On the plenary session of the European Parliament in Strasbourg the speech was delivered by Matthieu Michel,...

Yulia Navalnaya: “If you want to defeat Putin, fight his criminal gang”

Yulia Navalnaya, the widow of murdered Russian anti-corruption activist Alexei Navalny, addressed the European Parliament on Wednesday.

Le Maroc a catégoriquement démenti lundi le recours par ses services de sécurité au logiciel israélien Pegasus pour espionner journalistes ou personnalités nationales ou étrangères, comme l’en accusent plusieurs médias internationaux.

Le gouvernement marocain a, dans un communiqué, dénoncé comme « mensongères » les informations selon lesquelles les services de sécurité du royaume « ont infiltré les téléphones de plusieurs personnalités publiques nationales et étrangères et de responsables d’organisations internationales à travers un logiciel informatique ».

De son coté le gouvernement de Viktor Orban a également démenti l’utilisation par les services secrets hongrois du logiciel en question pour espionner des personnalités et toute coopération en ce sens avec Israël, comme l’en accusent plusieurs médias internationaux.

« Le directeur général des services secrets m’a informé qu’aucune coopération n’a été établie avec les services de renseignement israéliens », a réagi le ministre des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, en conférence de presse.

Selon une enquête publiée dimanche par un consortium de 17 médias internationaux, dont les quotidiens Le Monde, The Guardian et The Washington Post, des militants, journalistes et opposants du monde entier ont été espionnés grâce au logiciel Pegasus élaboré par l’entreprise israélienne NSO Group.

L’enquête se fonde sur une liste obtenue par le réseau basé en France Forbidden Stories et Amnesty International, comptant selon eux 50.000 numéros de téléphone sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour une surveillance potentielle.

La liste comprend les numéros d’au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d’entreprise, selon le consortium qui en a localisé beaucoup au Maroc, en Arabie saoudite et au Mexique.

Rabat nie en bloc ces accusations, « Il s’agit d’allégations mensongères dénuées de tout fondement. Le Maroc est un Etat de droit, qui garantit le caractère secret des communications personnelles (…) à l’ensemble des citoyens et des résidents étrangers au Maroc« , selon le communiqué.

« Le gouvernement n’a jamais acquis de logiciels informatiques pour infiltrer des appareils de communication, de même que les autorités marocaines n’ont jamais eu recours à ce genre d’actes », a poursuivi le communiqué ajoutant que « le collectif médiatique (…) est incapable de fournir des preuves pour appuyer ses allégations ».

Il dit « défier le collectif, tout comme il l’avait fait avec Amnesty international, de fournir des preuves réalistes et scientifiques qui peuvent faire l’objet d’une expertise et d’une contre-expertise indépendantes sur la véracité de ces allégations ».

Avec AFP

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

La Brussels Pride fait son retour, la date de l’événement révélée

La Brussels Pride March se déploiera le 18 mai dans les rues du centre-ville tandis que le...

Vice-President Josep Borrell’s speech at the EP debate: „ We have to strengthen European Defence in a volatile geopolitical landscape”

On the plenary session of the European Parliament in Strasbourg the speech was delivered by Matthieu Michel, State Secretary for Digitalisation in...

Yulia Navalnaya: “If you want to defeat Putin, fight his criminal gang”

Yulia Navalnaya, the widow of murdered Russian anti-corruption activist Alexei Navalny, addressed the European Parliament on Wednesday. Welcoming Yulia...

L’île de Malte est-elle réellement un lieu de tolérance en pleine Méditerranée ?

Au milieu de la mer Méditerranée se dresse une petite nation insulaire, réputée pour ses châteaux imposants et ses légendes templières... Il...

Le Parlement approuve un soutien budgétaire clé pour l’Ukraine et l’UE

Les députés approuvent un financement à long terme pour l’Ukraine, la plateforme "Technologies stratégiques pour l’Europe" (STEP) et d’autres changements dans le...
- Advertisement -

More Articles Like This