8.6 C
Bruxelles
mardi, juillet 23, 2024
No menu items!

Catalogne: élections anticipées après le divorce entre séparatistes

À lire

NATO : Le secrétaire général annonce la nomination d’un nouveau représentant spécial pour le voisinage méridional

Le secrétaire général Jens Stoltenberg a annoncé mardi 23 juillet la nomination d’un...

Does Russia Pose a Threat to Western Civilisation ?

In recent geopolitical discussions, Russia has emerged as a central figure, often depicted as posing a fundamental...

EU Commission Opens State Aid Investigation into Belgian Support for Lifetime Extension of 2 Nuclear Reactors

The European Commission has initiated a detailed investigation to determine whether Belgium’s proposed public support for...

Le président indépendantiste de la Catalogne a annoncé mercredi la convocation prochaine d’élections régionales anticipées en raison d’une crise ouverte au sein du mouvement séparatiste, qui va compliquer la stratégie de détente initiée par Pedro Sanchez.

« Cette législature n’a plus d’avenir (…). Les deux alliés au sein du gouvernement envisagent la voie vers l’indépendance d’une façon qui a entraîné une détérioration de la confiance mutuelle« , a déclaré Quim Torra lors d’une allocution depuis le siège du gouvernement catalan à Barcelone.

Ce scrutin ne sera toutefois pas immédiat, le successeur et homme de confiance de Carles Puigdemont ayant indiqué que le budget de la région devra être approuvé avant qu’il n' »annonce la date » des élections. L’approbation du budget doit prendre environ deux mois. La Catalogne n’a plus adopté de budget depuis 2017.

La convocation de ces élections signe le divorce entre Ensemble pour la Catalogne (JxC), parti de MM. Torra et Puigdemont, et Gauche Républicaine de Catalogne (ERC), qui gouvernent ensemble la région depuis 2016 mais se font concurrence parallèlement pour dominer le mouvement séparatiste.

Le point de non-retour a été atteint lundi lorsqu’ERC a lâché Quim Torra et JxC qui lui demandaient de désobéir à l’ordre de la commission électorale de priver le président catalan de son siège de député régional après sa condamnation en décembre à 18 mois d’inéligibilité.

M. Torra a été condamné pour avoir refusé de retirer des symboles séparatistes du siège du gouvernement régional durant une campagne électorale comme le lui ordonnait la commission.

« Aucun gouvernement ne peut fonctionner sans unité (…) et sans loyauté entre ses membres« , a lancé M. Torra.

« Confrontation à mort »

Les divergences entre ces deux formations n’ont cessé de s’accroître depuis la tentative de sécession de la Catalogne en 2017 pour laquelle le chef d’ERC Oriol Junqueras a passé deux ans en détention préventive avant d’être condamné en octobre à 13 ans de prison. M. Puigdemont, lui, avait fui en Belgique pour échapper aux poursuites de la justice espagnole.

Depuis sa cellule, M. Junqueras a fait prendre un virage plus modéré à ERC au point que la formation a appuyé début janvier la reconduction au pouvoir à Madrid du socialiste Pedro Sanchez, contrairement à JxC qui prône une stratégie de confrontation avec le gouvernement central.

En échange, M. Sanchez, qui doit se rendre à Barcelone le 6 février pour rencontrer M. Torra, a accepté la tenue d’une négociation entre les gouvernements central et catalan destinée à trouver une solution au « conflit politique » dans la région. Mais JxC voyait cette détente d’un mauvais oeil.

Avec un gouvernement catalan proche de la dissolution et aussi divisé, cette négociation est de toute façon « terminée« , selon Oriol Bartomeus de l’Université autonome de Barcelone. « Il n’y aura pas de réunion avant qu’un nouveau gouvernement catalan ne soit formé« , souligne-t-il.

Et selon ce politologue, le prochain scrutin catalan va donner lieu à une « confrontation à mort » entre JxC et ERC durant laquelle les troupes de Carles Puigdemont se présenteront comme « les vrais indépendantistes« . Une lutte qui va avoir « des répercussions sur la politique nationale espagnole« .

Car, sous la pression de JxC et des séparatistes radicaux de la CUP, ERC pourrait avoir plus de difficultés « à agir de façon modérée à la chambre des députés espagnols« , où M. Sanchez a besoin de la formation catalane pour avoir une majorité et faire approuver son budget.

La volonté de Pedro Sanchez de dialoguer avec les séparatistes suscite en Espagne les foudres de la droite et de l’extrême droite qui taxent le socialiste de « traître » et le somment de ne pas rencontrer M. Torra.

Traduction de Quim Torra, Président du gouvernement de la Catalogne: 
« Une fois les conditions approuvées au Parlement, j’annoncerai la date des élections. Et je le ferai toujours en suivant ce qu’il y a de mieux pour le pays. C’est sur ce critère que je déciderai du moment des élections, qui serviront de nouveau mandat démocratique pour avancer vers un pays de démocratie, de justice et de liberté. »

AFP

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

NATO : Le secrétaire général annonce la nomination d’un nouveau représentant spécial pour le voisinage méridional

Le secrétaire général Jens Stoltenberg a annoncé mardi 23 juillet la nomination d’un...

Does Russia Pose a Threat to Western Civilisation ?

In recent geopolitical discussions, Russia has emerged as a central figure, often depicted as posing a fundamental threat to Western civilisation. This...

EU Commission Opens State Aid Investigation into Belgian Support for Lifetime Extension of 2 Nuclear Reactors

The European Commission has initiated a detailed investigation to determine whether Belgium’s proposed public support for extending the operational life of...

NATO Allies Continue Ukraine Support Through Comprehensive Assistance Package at Washington Summit

Through the alliance’s Comprehensive Assistance Package (CAP) for Ukraine, NATO Allies are providing short-term and medium-to long term non-lethal assistance.

Législatives en France : Marine Tondelier se dit « écœurée » et appelle à une reprise des négociations

La patronne des écologistes Marine Tondelier s’est dite « en colère » et « écœurée » mercredi par la guerre de leadership entre Insoumis et socialistes...
- Advertisement -

More Articles Like This