8.6 C
Bruxelles
jeudi, février 22, 2024
No menu items!

La Commission européenne recommande de suspendre le financement de 7,5 milliards d’euros à la Hongrie pour cause de corruption

À lire

Air quality: Council and Parliament strike deal to strengthen standards in the EU

Despite major improvements in air quality in the EU over the past three decades, air pollution continues...

Pedro Sanchez reçu par le Roi Mohammed VI

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a reçu, ce jour, au Palais Royal de Rabat, M. Pedro...

L’Allemagne teste la semaine à quatre jours

L'Allemagne a lancé un essai de semaine de travail de quatre jours pour de nombreux salariés, impliquant...

La Commission européenne a recommandé dimanche la suspension de quelque 7,5 milliards d’euros de financement pour la Hongrie pour corruption, le premier cas de ce type dans le bloc des 27 pays sous une nouvelle sanction destinée à mieux protéger l’État de droit.

L’UE a introduit la nouvelle sanction financière il y a deux ans précisément en réponse à ce qui, selon elle, équivaut à saper la démocratie en Pologne et en Hongrie, où le Premier ministre Viktor Orban a maîtrisé les tribunaux, les médias, les ONG et le milieu universitaire, ainsi qu’à restreindre les droits des migrants , gays et femmes pendant plus d’une décennie au pouvoir.

La décision d’aujourd’hui est une démonstration claire de la détermination de la Commission à protéger le budget de l’UE et à utiliser tous les outils à notre disposition pour assurer cet objectif important.

Commissaire européen Johannes Hahn, chargé du budget et de l’administration.

Samedi, Budapest avait promis d’accélérer l’adoption de nouvelles lois pour lutter contre la corruption et le manque de transparence dans les marchés publics afin de mettre fin à l’impasse avec Bruxelles.

« Le gouvernement a soit accepté les demandes de la Commission européenne, soit, dans les domaines où nous ne pouvions pas les accepter, nous avons réussi à trouver un compromis satisfaisant pour les deux parties », a déclaré le chef de cabinet d’Orban, Gergely Gulyas, lors d’un point de presse.

La semaine dernière, les députés européens du Parlement européen ont critiqué la Commission et le Conseil européen pour « l’inaction » face à la « corruption » d’Orban .

Les États membres de l’UE disposent désormais de trois mois pour se prononcer sur la proposition de la Commission.

Le Conseil dispose désormais d’un mois pour décider d’adopter ou non de telles mesures, à la majorité qualifiée. Cette période pourrait être prolongée d’un maximum de deux mois supplémentaires dans des circonstances exceptionnelles.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Air quality: Council and Parliament strike deal to strengthen standards in the EU

Despite major improvements in air quality in the EU over the past three decades, air pollution continues...

Pedro Sanchez reçu par le Roi Mohammed VI

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a reçu, ce jour, au Palais Royal de Rabat, M. Pedro Sanchez, Président du Gouvernement espagnol,...

L’Allemagne teste la semaine à quatre jours

L'Allemagne a lancé un essai de semaine de travail de quatre jours pour de nombreux salariés, impliquant 45 entreprises dans tout le...

Medical devices: Council endorses new measures to help prevent shortages

The Council has endorsed key updates to the law on medical devices that will help prevent shortages and ease the transition to greater transparency and access...

Les Bahamas, le Belize, les Seychelles et les îles Turques et Caïques retirés de la liste de l’UE des juridictions non coopératives à des...

Le Conseil européen a retiré les Bahamas, le Belize, les Seychelles et les îles Turques et Caïques de la liste des juridictions...
- Advertisement -

More Articles Like This