8.6 C
Bruxelles
mercredi, avril 17, 2024
No menu items!

Groupe Wagner: le Conseil ajoute 11 personnes et 7 entités aux listes de sanctions de l’UE

À lire

Le Soudan, une crise quasi oubliée

Le Soudan était à l’ordre du jour lors de la dernière réunion de la commission «Développement» le...

Bruxelles: Alerte à la bombe au palais de justice, en cours d’évacuation

Le palais de justice de la place Poelaert à Bruxelles a été évacué peu après 15 heures...

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc pour une société et une économie marocaines plus dynamiques

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed...

Le Conseil européen a décidé cette semaine d’imposer des mesures restrictives supplémentaires contre personnes et entités liées au groupe Wagner compte tenu de la dimension internationale et de la gravité des activités du groupe, ainsi que de son impact déstabilisateur sur les pays où il est actif.

Les activités du groupe Wagner constituent une menace pour les populations des pays où ils opèrent et pour l’Union européenne. Ils mettent en danger la paix et la sécurité internationales car ils n’opèrent dans aucun cadre juridique. L’UE est déterminée à continuer de prendre des mesures concrètes contre les violations du droit international. Nous défendons les droits de l’homme partout. Josep Borrell, High Representative for Foreign Affairs and Security Policy

Le groupe Wagner est une entité militaire privée non constituée en société basée en Russie , présente dans plusieurs pays, dont l’Ukraine, la Libye, la République centrafricaine (RCA), le Mali et le Soudan.

En particulier, le Conseil a décidé d’inscrire huit personnes et sept entités relevant du régime de sanctions globales en matière de droits de l’homme de l’UE responsables ou impliquées dans de graves violations des droits de l’homme en République centrafricaine et au Soudan, ainsi qu’une personne relevant du régime de sanctions contre le Mali responsable d’actions menaçant la paix, la sécurité ou la stabilité du Mali. Deux personnes figuraient également sur la liste pour actions compromettant ou menaçant l’ intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine .

Les personnes répertoriées comprennent deux commandants des forces du groupe Wagner activement impliqués dans la prise de la ville de Soledar en Ukraine en janvier 2023, le chef du groupe Wagner au Mali , où des mercenaires Wagner ont été impliqués dans des actes de violence et de multiples violations des droits de l’homme, y compris des exécutions extrajudiciaires, ainsi que divers membres importants du groupe en RCA . 

Parmi ces derniers figurent le conseiller à la sécurité du président de la RCA, le porte-parole du groupe dans le pays, ainsi que des membres notables du groupe dans des rôles opérationnels, ou dirigeant des campagnes de propagande et de désinformation pro-Wagner.

Les activités du groupe au Soudan sont également visées, puisque les cotations portent sur des sociétés comme Meroe Gold et M-Invest, et le patron de cette dernière. Ces sociétés, ainsi que Lobaye Invest Sarlu et Diamville en RCA sont sanctionnées en raison de leur rôle dans le commerce illégal d’or et de diamants pillés par la force aux commerçants locaux.

La Fondation pour la défense des valeurs nationales (FDNV), la branche des relations publiques du groupe Wagner, est également répertoriée, ainsi que sa tête. La radio centrafricaine Lengo Sengo est répertoriée pour avoir mené des opérations d’influence en ligne pour le compte de la Russie et du groupe Wagner dans le but de manipuler l’opinion publique.

Toutes les personnes répertoriées aujourd’hui sont soumises à un gel des avoirs et il est interdit aux citoyens et aux entreprises de l’UE de mettre des fonds à leur disposition. Les personnes physiques sont en outre soumises à une interdiction de voyager , qui les empêche d’entrer ou de transiter par les territoires de l’UE.

L’UE reste profondément préoccupée par les graves violations et atteintes aux droits de l’homme, telles que la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ainsi que les exécutions et meurtres extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, commis par le groupe Wagner.

Contexte :

Les mesures restrictives convenues aujourd’hui s’ajoutent à l’ensemble des mesures adoptées par le Conseil en décembre 2021 à l’encontre de huit personnes et trois entités liées au groupe Wagner, dont le groupe Wagner lui-même.

Le 13 décembre 2021, le Conseil a mis en place un cadre autonome de sanctions à l’encontre des personnes responsables de menacer la paix, la sécurité ou la stabilité du Mali, ou d’entraver la mise en œuvre de sa transition politique.

Le 7 décembre 2020, le Conseil a établi un régime mondial de sanctions en matière de droits de l’homme qui s’applique à des actes tels que le génocide, les crimes contre l’humanité et d’autres violations ou abus graves des droits de l’homme (par exemple, la torture, l’esclavage, les exécutions extrajudiciaires, les arrestations ou détentions arbitraires). 

Le régime mondial de sanctions en matière de droits de l’homme de l’UE souligne la détermination de l’Union à renforcer son rôle dans la lutte contre les violations et atteintes graves aux droits de l’homme dans le monde. Réaliser la jouissance effective des droits de l’homme par chacun est un objectif stratégique de l’Union. 

Le respect de la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, l’État de droit et le respect des droits de l’homme sont des valeurs fondamentales de l’Union et de sa politique étrangère et de sécurité commune.

Des mesures restrictives concernant les actions compromettant ou menaçant l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine ont été introduites pour la première fois le 17 mars 2014.

Les actes juridiques pertinents, y compris les noms des personnes et entités concernées, ont été publiés au Journal officiel de l’UE.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Le Soudan, une crise quasi oubliée

Le Soudan était à l’ordre du jour lors de la dernière réunion de la commission «Développement» le...

Bruxelles: Alerte à la bombe au palais de justice, en cours d’évacuation

Le palais de justice de la place Poelaert à Bruxelles a été évacué peu après 15 heures ce mardi en raison d’une...

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc pour une société et une économie marocaines plus dynamiques

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, durant ces vingt-cinq dernières...

Fight for democracy in Romania: A call to action George Simion*

Romania stands at a pivotal moment in its democratic journey, facing a critical test of its commitment to upholding democratic principles.

European Commission paving the way for regular payments under the Ukraine Facility

The new Ukraine Facility, which entered into force on 1st March, foresees up to €50 billion of stable financing, in grants and...
- Advertisement -

More Articles Like This