8.6 C
Bruxelles
mardi, juillet 23, 2024
No menu items!

Ursula von Der Leyen & Joe Biden : « Aujourd’hui, les États-Unis et l’UE prennent de nouvelles mesures pour approfondir nos relations économiques »

À lire

NATO : Le secrétaire général annonce la nomination d’un nouveau représentant spécial pour le voisinage méridional

Le secrétaire général Jens Stoltenberg a annoncé mardi 23 juillet la nomination d’un...

Does Russia Pose a Threat to Western Civilisation ?

In recent geopolitical discussions, Russia has emerged as a central figure, often depicted as posing a fundamental...

EU Commission Opens State Aid Investigation into Belgian Support for Lifetime Extension of 2 Nuclear Reactors

The European Commission has initiated a detailed investigation to determine whether Belgium’s proposed public support for...

Les États-Unis et l’Union européenne partagent la relation économique la plus complète et la plus dynamique au monde. C’est le message clé d’une déclaration conjointe publiée samedi par le président américain Biden et la présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen.

La longue déclaration indique également que le partenariat est basé sur « des valeurs et des principes partagés, y compris la responsabilité de protéger notre planète pour les générations futures et de défendre nos travailleurs« .

Sur l’Ukraine, il a déclaré : « Les États-Unis et l’Union européenne ont adopté une position ferme et unie contre la guerre illégale, injustifiable et non provoquée de la Russie contre l’Ukraine« .

Il a ajouté: « Aujourd’hui, les États-Unis et l’Union européenne prennent de nouvelles mesures pour approfondir leurs relations économiques alors que nous construisons les économies d’énergie propre du futur et relevons les défis économiques et de sécurité nationale partagés« .

La déclaration, dans son intégralité, ci-dessou :

« Les États-Unis et l’Union européenne se sont engagés à faire face à la crise climatique, à accélérer l’économie mondiale de l’énergie propre et à construire des chaînes d’approvisionnement en énergie propre résilientes, sûres et diversifiées. Les deux parties reconnaissent que ces objectifs sont au cœur de la loi américaine sur la réduction de l’inflation et du plan industriel Green Deal de l’UE. En construisant et en renforçant nos propres bases industrielles d’énergie propre et en investissant dans les industries du futur, les États-Unis et l’Union européenne créeront des emplois bien rémunérés et déclencheront des cycles vertueux d’innovation qui feront baisser les coûts des technologies d’énergie propre sur le marché mondial. , rendant ces technologies plus abordables et faisant progresser une transition énergétique mondiale juste qui ne laissera aucune communauté de côté.

Le groupe de travail UE-États-Unis sur la loi sur la réduction de l’inflation a approfondi de manière productive notre partenariat sur ces objectifs communs et a pris des mesures concrètes pour relever les défis identifiés afin d’aligner nos approches sur le renforcement et la sécurisation des chaînes d’approvisionnement, de la fabrication et de l’innovation des deux côtés du Atlantique.

«Nous allons approfondir notre coopération sur la diversification des chaînes d’approvisionnement essentielles en minéraux et en batteries, en reconnaissant les opportunités substantielles des deux côtés de l’Atlantique pour développer ces chaînes d’approvisionnement de manière solide, sécurisée et résiliente. À cette fin, nous avons l’intention d’entamer immédiatement des négociations sur un accord ciblé sur les minéraux critiques dans le but de permettre aux minéraux critiques pertinents extraits ou transformés dans l’Union européenne d’être pris en compte dans les exigences relatives aux véhicules propres dans la section 30D du crédit d’impôt pour véhicules propres de la réduction de l’inflation. Loi. Ce type d’accord favoriserait nos objectifs communs consistant à stimuler notre production et notre traitement de minéraux et à élargir l’accès à des sources de minéraux critiques qui sont durables, fiables et exemptes d’abus de main-d’œuvre.

« Nous reconnaissons en outre la nécessité de faire des investissements audacieux pour construire des économies d’énergie propre et des bases industrielles, y compris dans les batteries de véhicules électriques et l’hydrogène propre. Aujourd’hui, les États-Unis et la Commission européenne ont annoncé le lancement du Clean Energy Incentives Dialogue afin de coordonner nos programmes d’incitation respectifs afin qu’ils se renforcent mutuellement. Les deux parties prendront des mesures pour éviter toute perturbation des échanges transatlantiques et des flux d’investissement qui pourraient résulter de leurs incitations respectives. Nous travaillons contre la concurrence à somme nulle afin que nos incitations maximisent le déploiement d’énergies propres et les emplois, et ne génèrent pas de manne pour les intérêts privés. Le dialogue sur les incitations à l’énergie propre fera partie de l’UE-États-Unis

Il poursuit : « Nous nous engageons à obtenir un résultat ambitieux dans les négociations de l’Accord mondial sur l’acier et l’aluminium durables d’ici octobre 2023. L’accord garantira la viabilité à long terme de nos industries, encouragera la production d’acier et d’aluminium à faible intensité de carbone et le commerce et rétablir des conditions axées sur le marché à l’échelle mondiale et bilatérale. Ensemble, nous encouragerons les réductions d’émissions dans ces secteurs à forte intensité de carbone et uniformiserons les règles du jeu pour nos travailleurs. L’arrangement sera ouvert à tous les partenaires démontrant leur engagement à lutter contre les capacités excédentaires non marchandes et à réduire l’intensité carbone dans ces secteurs.

« Nous travaillons ensemble pour aider les pays du monde entier à développer leurs économies afin de générer une croissance inclusive et résiliente, tout en favorisant des voies durables vers des émissions nettes nulles et en renforçant la sécurité des chaînes d’approvisionnement mondiales. Grâce au Partenariat du G7 pour les infrastructures et l’investissement mondiaux, nous identifions des opportunités de générer beaucoup plus de financements publics et privés pour des investissements de qualité dans les domaines du climat et de la sécurité énergétique dans les pays en développement. Nous avançons également un programme ambitieux pour faire évoluer les banques multilatérales de développement, à commencer par la Banque mondiale, afin de mieux répondre aux défis mondiaux tels que le changement climatique, tout en renforçant leur travail sur la réduction de la pauvreté.

Reconnaissant notre histoire commune ainsi que nos visions communes pour l’avenir, nous pensons que les échanges interpersonnels renforcent le partenariat transatlantique, en particulier pour les jeunes générations. Nous discuterons de la manière d’approfondir notre coopération.

« Les États-Unis et l’Union européenne ont adopté une position ferme et unie contre la guerre illégale, injustifiable et non provoquée de la Russie contre l’Ukraine. Nous, avec une large coalition de partenaires, avons imposé des sanctions rapides et radicales qui réduisent les revenus de la Russie pour financer sa guerre et sa base militaro-industrielle. Poutine pensait qu’il allait nous diviser, et pourtant nous sommes plus unis que jamais. Nous restons unis dans notre soutien indéfectible à l’Ukraine aussi longtemps qu’il le faudra. »

« Il y a un an, les États-Unis et la Commission européenne ont lancé un nouveau partenariat pour réduire rapidement la dépendance de l’Europe aux énergies fossiles russes et accélérer la transition verte de l’Europe. Ce partenariat a dépassé nos objectifs, fournissant plus du double des approvisionnements américains en gaz naturel liquéfié à l’Europe que notre engagement de base. Nous notons les importants efforts européens pour diversifier leurs approvisionnements énergétiques et accélérer la transition énergétique, qui ont permis de limiter l’impact de la crise énergétique mondiale en Europe. Nous continuerons à travailler ensemble pour faire progresser la sécurité et la durabilité énergétiques en Europe en diversifiant les sources, en réduisant la consommation d’énergie et en réduisant la dépendance de l’Europe aux combustibles fossiles. Nous poursuivrons également notre étroite coordination pour soutenir la sécurité énergétique de l’Ukraine grâce à une intégration plus poussée dans les marchés européens de l’énergie. Nous poursuivrons notre coopération pour des marchés mondiaux stables et équilibrés et la sécurité de l’approvisionnement et accélérerons la transition vers une énergie propre à l’échelle mondiale, notamment en nous efforçant de réduire les émissions de méthane dans le secteur de l’énergie.

« Nous avons également pris ensemble des sanctions et d’autres mesures économiques sans précédent, coordonnées et efficaces pour dégrader davantage la capacité de la Russie à mener sa guerre illégale et son système militaro-industriel. Nous approfondissons notre travail conjoint pour appliquer de manière agressive nos sanctions et nos mesures de contrôle des exportations, ainsi que pour mettre fin et dissuader le contournement et le remblayage, y compris par des autorités élargies pour fermer l’accès de la Russie à tous les intrants qui peuvent soutenir sa machine de guerre. Dans ce cadre, nous prenons ensemble de nouvelles mesures pour cibler d’autres acteurs de pays tiers à travers le monde afin de perturber le soutien à la guerre de la Russie depuis n’importe quel coin du monde où il est identifié. Nous travaillons en étroite collaboration pour limiter encore davantage les revenus russes tout en garantissant la continuité de l’approvisionnement énergétique des marchés émergents et des pays en développement via le plafonnement des prix du G7+ pour le pétrole brut et les produits pétroliers d’origine russe transportés par voie maritime. Nous continuerons à travailler ensemble pour renforcer nos restrictions économiques afin de garantir que les coûts pour la Russie de sa guerre illégale continuent d’augmenter.

« Les États-Unis et l’Union européenne s’efforcent de garantir que l’Ukraine bénéficie du soutien sécuritaire, économique et humanitaire dont elle a besoin aussi longtemps qu’il le faudra. Nous avons travaillé ensemble pour fournir aux forces armées ukrainiennes l’équipement militaire et la formation dont elles ont besoin pour se défendre contre l’agression russe. Avec l’Ukraine, nous coprésidons la plate-forme de coordination des donateurs multi-agences et, conformément à sa voie européenne, nous contribuons à faire avancer le programme de réforme de l’Ukraine, jetant les bases d’une croissance et d’une reconstruction durables et veillant à ce que l’aide soit fournie de manière manière cohérente, transparente et responsable. Nous restons déterminés à fournir et à mobiliser un soutien international, y compris du secteur privé, pour la stabilité économique et financière de l’Ukraine.

« Les États-Unis et l’Union européenne s’emploient à renforcer, par la coopération transatlantique, nos intérêts essentiels de sécurité et la résilience de nos économies. Nous affirmons que notre coopération pour renforcer notre sécurité économique et notre sécurité nationale doit être ancrée dans le maintien du système fondé sur des règles. Nous poursuivrons nos travaux par le biais du Conseil du commerce et de la technologie États-Unis-UE et du G7 et renforcerons notre coordination bilatérale en chargeant nos sherpas de formuler des recommandations clés sur la sécurité économique d’ici l’été.

Nous continuerons à travailler pour renforcer notre sécurité économique, en répondant aux menaces concrètes que nous avons identifiées. Les États-Unis et l’Union européenne partagent leurs préoccupations concernant les défis posés, entre autres, par la coercition économique, la militarisation des dépendances économiques et les politiques et pratiques non marchandes. Nous poursuivrons notre travail par le biais du Conseil du commerce et de la technologie États-Unis-UE et du G7 pour renforcer la coordination entre nous et avec d’autres partenaires partageant les mêmes idées afin de diversifier nos chaînes d’approvisionnement et d’accroître notre préparation collective, notre résilience et notre dissuasion face aux politiques non marchandes et pratiques et à la coercition économique.

«Nous renforçons notre coopération pour empêcher la fuite de technologies émergentes sensibles, ainsi que d’autres articles à double usage, vers des destinations préoccupantes qui appliquent des stratégies de fusion civilo-militaire. Nos contrôles existants respectifs liés aux exportations, aux investissements entrants et à la coopération en matière de recherche sont des outils essentiels et doivent être mis à niveau pour correspondre à un environnement géostratégique en évolution. Nous avons un intérêt commun à empêcher le capital, l’expertise et les connaissances de nos entreprises d’alimenter les avancées technologiques qui amélioreront les capacités militaires et de renseignement de nos rivaux stratégiques, notamment par le biais d’investissements à l’étranger. Au fur et à mesure que nous développons et mettons à jour notre boîte à outils.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

NATO : Le secrétaire général annonce la nomination d’un nouveau représentant spécial pour le voisinage méridional

Le secrétaire général Jens Stoltenberg a annoncé mardi 23 juillet la nomination d’un...

Does Russia Pose a Threat to Western Civilisation ?

In recent geopolitical discussions, Russia has emerged as a central figure, often depicted as posing a fundamental threat to Western civilisation. This...

EU Commission Opens State Aid Investigation into Belgian Support for Lifetime Extension of 2 Nuclear Reactors

The European Commission has initiated a detailed investigation to determine whether Belgium’s proposed public support for extending the operational life of...

NATO Allies Continue Ukraine Support Through Comprehensive Assistance Package at Washington Summit

Through the alliance’s Comprehensive Assistance Package (CAP) for Ukraine, NATO Allies are providing short-term and medium-to long term non-lethal assistance.

Législatives en France : Marine Tondelier se dit « écœurée » et appelle à une reprise des négociations

La patronne des écologistes Marine Tondelier s’est dite « en colère » et « écœurée » mercredi par la guerre de leadership entre Insoumis et socialistes...
- Advertisement -

More Articles Like This