8.6 C
Bruxelles
mercredi, avril 17, 2024
No menu items!

L’Europe comprend lentement l’importance des accords d’Abraham

À lire

Le Soudan, une crise quasi oubliée

Le Soudan était à l’ordre du jour lors de la dernière réunion de la commission «Développement» le...

Bruxelles: Alerte à la bombe au palais de justice, en cours d’évacuation

Le palais de justice de la place Poelaert à Bruxelles a été évacué peu après 15 heures...

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc pour une société et une économie marocaines plus dynamiques

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed...

Après la signature des accords d’Abraham, qui ont normalisé les relations d’Israël avec plusieurs États arabes en 2020, l’Union européenne est restée à l’écart et était plutôt peu enthousiaste face au nouveau développement au Moyen-Orient. Écrit Yossi Lempkowicz.

Piégée dans un vieux récit sur le processus de paix au Moyen-Orient et le conflit israélo-palestinien, l’UE était réticente à adopter les accords d’Abraham, considérés comme une initiative américaine dirigée par le président Donald Trump, son gendre Jared Kushner et d’autres hauts fonctionnaires de l’administration.

Selon le membre néerlandais du Parlement européen Bert-Jan Ruissen, qui est vice-président de la délégation parlementaire pour les relations avec Israël. « L’une des raisons de cette attitude réservée est le fait que certains décideurs de l’UE ont dû reconnaître que leur récit est obsolète. Et ce n’est pas toujours facile à reconnaître, que votre récit est faux. »

Depuis lors cependant et avec le développement croissant des relations entre Israël, Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Maroc, l’UE a apparemment lentement reconnu l’importance des accords pour la stabilité politique et économique de la région.

Daniel Meron, directeur général adjoint pour l’Europe au ministère israélien des Affaires étrangères, a récemment déclaré qu’au début, l’Europe n’avait pas réalisé que « quelque chose de dramatique » se passait, et « il a fallu un certain temps avant que des déclarations ne soient publiées à Bruxelles pour féliciter les parties ».

« C’était très compliqué pour l’UE au début de comprendre cette évolution », a déclaré l’ambassadeur d’Israël auprès de l’UE et de l’OTAN, Haim Regev, qui s’est exprimé lors d’un symposium organisé la semaine dernière par la Coalition européenne pour Israël (ECI) au Parlement européen. à Bruxelles sur le thème « Comment élargir le cercle de la paix ? »

Le symposium était une première du genre qui a réuni des acteurs européens de la Commission européenne et du Parlement européen avec certains des États clés derrière les accords d’Abraham pour discuter des prochaines étapes du processus de normalisation.

« Du point de vue de l’UE, les accords d’Abraham étaient quelque chose entre Israël, certains régimes arabes et l’administration Trump. Il nous a fallu du temps pour les convaincre qu’il s’agissait d’un développement profond et dramatique, qu’ils devraient en faire partie. trois mois, nous assistons à un véritable changement mené par le commissaire européen chargé de la politique de voisinage, Oliver Varhelyi. L’UE devient plus pragmatique, plus pratique », a déclaré Haim Regev.

L’ambassadeur israélien a donné comme exemple le fait que le mois dernier, pour la première fois, Israël a participé à un atelier trilatéral à Rabat avec l’UE et le Maroc, financé par l’UE. Pour la première fois, l’UE a financé un atelier trilatéral qui débouchera sur des projets dans le domaine de l’eau, pour la construction de nouvelles usines de dessalement, la gestion des eaux usées et des projets d’efficacité de l’eau. Le commissaire Varhelyi a alloué 10 millions d’euros pour développer ce type d’activités et de coopération en tant que nouvelle installation européenne à l’appui des accords d’Abraham qui, selon lui, ont créé un nouveau paradigme, une nouvelle langue régionale offrant de nouvelles opportunités pour les entreprises, les personnes, le commerce et les voyages.

Il y a un nouveau comité directeur dirigé par l’ambassade de l’UE à Tel-Aviv qui, avec Israël, étudie des projets supplémentaires non seulement avec le Maroc mais aussi avec Bahreïn, les Émirats arabes unis, les Palestiniens, la Jordanie et l’Égypte ;

« Bientôt, nous espérons avoir au sein du Parlement européen un réseau d’accords d’Abraham. Nous avons également organisé un séminaire conjoint à l’OTAN qui a réuni des experts d’Israël, de Bahreïn et du Maroc pour voir ce que nous pouvons faire ensemble », a déclaré Haim Regev.

« Il y a un intérêt et un appétit croissants dans l’UE pour faire partie des accords d’Abraham. Notre objectif dans un avenir proche est de voir l’UE participer à la prochaine réunion du Forum du Néguev au Maroc. Quand je regarde devant moi, je vois qu’il y a de plus en plus d’ouverture de la part de l’UE pour en faire partie », a-t-il déclaré.

« C’est un développement formidable pour la stabilité de la région, pour les relations de l’UE avec la région. Et cela ne se fait pas au détriment des Palestiniens », a-t-il ajouté.

Lors du symposium de Bruxelles, des membres éminents du Parlement européen ont mis la Commission européenne au défi d’en faire plus. « L’Union européenne pourrait commencer par devenir un signataire officiel des accords d’Abraham », a déclaré l’eurodéputé suédois David Lega. « L’Union européenne pourrait s’aligner davantage sur les pays qui ont déjà signé les accords d’Abraham et leur proposer des accords de libre-échange », a suggéré l’eurodéputé autrichien Lukas Mandl.

L’eurodéputé espagnol Antonio López-Istúriz White, président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec Israël, a regretté le manque d’enthousiasme pour les accords d’Abraham en Europe au cours des trois dernières années. « Nous n’étions pas là depuis le début mais maintenant nous devons intensifier et nous impliquer », a-t-il déclaré.

« La dynamique derrière les accords d’Abraham est la même qu’au début du processus d’intégration européenne, a-t-il expliqué. « Personne ne pouvait croire que de vieux ennemis comme les Français et les Allemands pourraient un jour s’asseoir ensemble à la même table pour discuter de coopération mais aujourd’hui c’est une réalité ! La même chose se produit au Moyen-Orient et l’Europe devrait être la première à soutenir activement ce processus.

Répondant à une question sur ce que l’UE pourrait faire de plus concrètement pour soutenir le processus de normalisation, l’ambassadeur de Bahreïn auprès de l’UE, de la Belgique et de l’OTAN, Abdulla Bin Faisal Al Doseri, a appelé l’Union européenne à publier une déclaration ou une déclaration officielle en faveur des accords d’Abraham . « Cela donnerait le bon signal aux nations qui envisagent actuellement de rejoindre ce nouveau cercle de paix, car elles comprendraient qu’il bénéficie du plein soutien de l’Union européenne », a-t-il déclaré.

Michael Mann, qui dirige le département Moyen-Orient et Afrique du Nord au Service extérieur de l’UE, a souligné que l’UE souhaitait inclure les Palestiniens dans le Forum du Néguev. « Nous en discuterons avec eux », a-t-il déclaré. Il a également souligné que 2022 était « une très bonne année » pour les relations UE-Israël en mentionnant le fait que le Conseil d’association UE-Israël s’est réuni pour la première fois en 12 ans et que plusieurs hauts responsables de l’UE se sont rendus en Israël.

Le directeur fondateur de l’ECI, Tomas Sandell, a déclaré aux responsables de l’UE représentés au symposium que pour inclure les Palestiniens dans ce processus de paix, l’UE doit appliquer immédiatement une conditionnalité à tout financement futur de manuels palestiniens afin d’empêcher une nouvelle radicalisation. Les Émirats arabes unis ont été félicités pour avoir inclus l’enseignement de l’Holocauste dans leur nouveau programme. « Si nous voulons que les générations futures vivent en paix et coexistent, nous devons les préparer dès le début et ne pas autoriser l’incitation et la haine dans les manuels scolaires », a déclaré Sandell.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Le Soudan, une crise quasi oubliée

Le Soudan était à l’ordre du jour lors de la dernière réunion de la commission «Développement» le...

Bruxelles: Alerte à la bombe au palais de justice, en cours d’évacuation

Le palais de justice de la place Poelaert à Bruxelles a été évacué peu après 15 heures ce mardi en raison d’une...

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc pour une société et une économie marocaines plus dynamiques

La Belgique salue les réformes menées par le Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, durant ces vingt-cinq dernières...

Fight for democracy in Romania: A call to action George Simion*

Romania stands at a pivotal moment in its democratic journey, facing a critical test of its commitment to upholding democratic principles.

European Commission paving the way for regular payments under the Ukraine Facility

The new Ukraine Facility, which entered into force on 1st March, foresees up to €50 billion of stable financing, in grants and...
- Advertisement -

More Articles Like This