8.6 C
Bruxelles
lundi, janvier 30, 2023
No menu items!

L’UE a une « influence décroissante » en Afrique, selon Giles Merritt

À lire

Espagne: l’auteur présumé de l’attaque d’Algésiras en détention pour «terrorisme»

L'auteur présumé de l'attaque à la machette mercredi 25 janvier contre deux églises d'Algésiras, dans le sud...

Accord aérien UE-Qatar: débat sur l’état d’avancement de la ratification

La commission des transports débattra de l'état d'avancement de la ratification de l'accord de transport aérien UE-Qatar...

Les descendants d’Africains, les métis Allemands, Victimes de la période du Troisième Reich.

Le Parlement Européen a commémoré la libération des camps de concentration en présence du président de l’État...

Un groupe de réflexion de premier plan a appelé à une stratégie d’investissement « sans précédent » de l’UE en Afrique qui a un « problème d’image ».

Le fondateur des Amis de l’Europe, Giles Merritt, déclare : « Personne ne nierait les préjugés répandus contre la corruption et l’inefficacité là-bas, quels que soient les faits des cas individuels« .

Selon Friends of Europe, une organisation basée à Bruxelles, de nombreux pays africains sont également « pris au piège dans un cercle vicieux » d’infrastructures inadéquates, de baisse du niveau de vie et de croissance stagnante de la productivité.

« Le résultat », dit Merritt, « est que tandis que les entreprises africaines réclament des fonds d’investissement, les investisseurs se plaignent du manque de ‘projets bancables’.

L’UE pourrait, dit-on, s’appuyer sur un certain nombre d’idées avancées par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. La directrice du FMI, Kristalina Georgieva, ancienne commissaire européenne, a suggéré une manière indolore pour les pays riches regroupés au sein du G20 de canaliser plus d’argent vers des projets africains. Elle fait valoir que s’ils devaient réaffecter seulement un dixième de leurs instruments de crédit du FMI connus sous le nom de droits de tirage spéciaux (DTS), cela doublerait le financement supplémentaire nécessaire aux pays à faible revenu qui sont principalement africains.

La Banque africaine de développement souligne le « déficit de financement » croissant entre les projets d’infrastructure et les financements disponibles. Seulement 50 milliards de dollars par an sont versés pour financer des projets dont le coût s’élève à 170 milliards de dollars.

La retenue des gouvernements étrangers est illustrée par le fait qu’avant que Covid ne frappe, les quelque 50 milliards de dollars envoyés chez eux en envois de fonds des Africains travaillant à l’étranger étaient nettement supérieurs aux 40 milliards de dollars que l’Afrique reçoit chaque année en aide publique au développement.

Merritt, un ancien chef du bureau de FT à Bruxelles, a déclaré: «L’UE et ses institutions ne peuvent pas résoudre à elles seules ce qui est en fait un écart financier croissant. Bien que la puissance de feu doive provenir des secteurs privés des États membres, l’UE dispose de formidables pouvoirs pour planifier et mobiliser une stratégie européenne.

« Le contexte international dans lequel il pourrait monter un tel effort est propice, compte tenu de l’humeur politique plus introvertie aux États-Unis et des graves problèmes financiers qui dépassent apparemment les initiatives très ambitieuses de la Chine, la Ceinture et la Route et le développement mondial. De nombreux bénéficiaires africains de ceux-ci sont désormais piégés dans des querelles de dettes amères avec les créanciers chinois.

« Si l’Union européenne souhaite signaler sa prétention à un plus grand rôle mondial une fois la guerre en Ukraine terminée, elle n’a pas à chercher bien loin. L’Afrique a besoin du type de leadership et de soutien que seule l’UE peut offrir.

« Le bagage post-colonial de l’Europe et les difficultés à amener 54 États africains à s’entendre sur quoi que ce soit ont contribué à la diminution de l’influence de l’UE en Afrique. Et ce glissement survient à un moment où la Chine et la Russie y font des percées commerciales et politiques substantielles. Aujourd’hui, cependant, l’impact dévastateur de Covid-19 et les effets d’entraînement coûteux de la guerre de la Russie contre l’Ukraine menacent de mettre à genoux de nombreuses économies africaines, offrant à l’UE une opportunité vitale de se réaffirmer », déclare Merritt.

Il ajoute : « La situation des Africains s’était détériorée avant ces deux coups corporels, et maintenant c’est vraiment alarmant. L’UE devrait réévaluer massivement son approche traditionnelle du développement de l’Afrique et la remplacer par un vaste plan d’investissement. Oui, l’Europe a ses propres besoins pressants, mais non seulement l’Afrique est plus grande, mais elle revêt également une importance stratégique à long terme pour les citoyens européens« .

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Espagne: l’auteur présumé de l’attaque d’Algésiras en détention pour «terrorisme»

L'auteur présumé de l'attaque à la machette mercredi 25 janvier contre deux églises d'Algésiras, dans le sud...

Accord aérien UE-Qatar: débat sur l’état d’avancement de la ratification

La commission des transports débattra de l'état d'avancement de la ratification de l'accord de transport aérien UE-Qatar avec les représentants de la...

Les descendants d’Africains, les métis Allemands, Victimes de la période du Troisième Reich.

Le Parlement Européen a commémoré la libération des camps de concentration en présence du président de l’État d’Israël, Monsieur Isaac Herzog, la...

Un hacker néerlandais a obtenu pratiquement toutes les données personnelles des Autrichiens, selon la police

La police de la nation alpine d'Autriche a déclaré mercredi 25 janvier qu'un pirate néerlandais avait été arrêté en novembre et avait...

Accords historiques entre l’Italie et la Libye sur la production de gaz et l’immigration

Des accords historiques ont été signés entre l’Italie et la Libye dans les domaines de la production de gaz et le contrôle...
- Advertisement -

More Articles Like This

//dolatiaschan.com/4/3719385