8.6 C
Bruxelles
mercredi, février 28, 2024
No menu items!

Les nouvelles sanctions contre les entreprises russes se retourneront-elles contre les pays du G7 ?

À lire

La Brussels Pride fait son retour, la date de l’événement révélée

La Brussels Pride March se déploiera le 18 mai dans les rues du centre-ville tandis que le...

Vice-President Josep Borrell’s speech at the EP debate: „ We have to strengthen European Defence in a volatile geopolitical landscape”

On the plenary session of the European Parliament in Strasbourg the speech was delivered by Matthieu Michel,...

Yulia Navalnaya: “If you want to defeat Putin, fight his criminal gang”

Yulia Navalnaya, the widow of murdered Russian anti-corruption activist Alexei Navalny, addressed the European Parliament on Wednesday.

L’Union européenne a adopté le paquet de sanctions du dixième anniversaire contre la Russie. Les nouvelles restrictions n’incluaient pratiquement pas les entreprises privées, à l’exception d’Alfa-Bank et de Tinkoff-Bank. Pendant ce temps, il y avait des discussions sur un ensemble de sanctions beaucoup plus sévères qui étaient censées affecter de nombreuses grandes entreprises privées. Mais dans le document final ces postes ont disparu de la liste. Pourquoi cela semble-t-il une décision juste et clairvoyante dans le contexte du maintien des relations futures entre l’UE et la Russie ?

Marché préféré

Avant la guerre en Ukraine, la Russie était considérée comme l’un des marchés les plus attractifs pour les investisseurs du monde entier en raison de sa stabilité politique et financière. Les entreprises russes étaient parmi les plus généreuses en termes de dividendes pour leurs actionnaires et avaient des multiples attractifs.

La plupart des grandes entreprises russes avaient une proportion importante de membres étrangers dans leurs conseils d’administration, leurs comptes étaient vérifiés par des auditeurs des Big Four, et leurs plans stratégiques étaient élaborés par des consultants de McKinsey & Company et d’autres groupes de réflexion mondiaux.

Le Financial Times a rapporté que, selon la Bourse de Moscou, à la fin de 2021, les investisseurs étrangers détenaient des actions russes d’une valeur de 86 milliards de dollars, dans bon nombre des plus grandes entreprises russes, leur part dépassait 30 à 50 %.

Après le déclenchement des hostilités en Ukraine, des sanctions ont été imposées contre la Russie. En réponse, le gouvernement de la Fédération de Russie a limité la capacité des investisseurs étrangers à vendre leurs actifs. Ce n’est clairement pas le meilleur moment pour quitter le marché russe, même si une opportunité se présentait – les actions de nombreuses sociétés, telles que Gazprom, VTB et TCS Group, se sont effondrées depuis février de l’année dernière.

Balance délicate

Imaginons que demain le conflit militaire se termine, que les troupes russes quittent le territoire ukrainien, qu’un accord de paix soit signé et que les sanctions contre les entreprises soient assouplies ou complètement levées. La valeur des actions russes se redresse rapidement et les investisseurs étrangers y ont à nouveau pleinement accès. Compte tenu de la sous-évaluation du marché russe aujourd’hui en raison de la situation politique, on peut supposer que dans l’éventualité d’un tel scénario, il deviendra peut-être le plus dynamique au monde.

Il est important de noter que le gouvernement russe a jusqu’à présent évité de nationaliser les actifs des investisseurs étrangers et que les entreprises elles-mêmes continuent d’être responsables envers les investisseurs, trouvant des opportunités de service des obligations et de versement de dividendes.

Par exemple, Lukoil a fourni aux détenteurs étrangers d’euro-obligations arrivant à échéance en 2023 la possibilité de recevoir un paiement directement, c’est-à-dire sans utiliser l’infrastructure des systèmes de compensation internationaux, afin d’éviter les retards dans la réception des fonds.

En général, la situation reste suspendue, mais il existe encore des possibilités de rétablir le régime commercial normal des actions russes à l’avenir sur les marchés étrangers.

Mais tout cela pourrait changer avec une plus grande diffusion des sanctions contre le secteur des entreprises russes. Si des sanctions sont également appliquées contre d’autres industries et entreprises privées, cela pourrait annuler les obligations des entreprises russes envers les investisseurs étrangers, poussant les régulateurs russes vers l’idée de nationaliser les actifs.

Au cours des premiers mois de la guerre, les listes de sanctions comprenaient de nombreuses entreprises et banques publiques russes, ainsi que des cadres supérieurs proches du Kremlin. Et tout est compréhensible.

On ne peut pas en dire autant des sanctions contre les banques privées qui desservent des millions de clients de détail et ne sont en aucun cas liées à l’infrastructure militaire et aux contrats gouvernementaux des autorités russes. Et en ce sens, l’inclusion récente de Tinkoff Bank et d’Alfa Bank dans la liste des sanctions de l’UE crée un dangereux précédent pour une nouvelle rupture incontrôlée des relations.

Jusqu’à récemment, les sanctions étaient appliquées de manière équilibrée, ce qui permet de préserver les possibilités de coopération à l’avenir et de protéger les intérêts des investisseurs étrangers dans les entreprises privées russes jusqu’à présent. Et les entreprises elles-mêmes maintiennent un équilibre – de nombreuses entreprises privées, par exemple Novatek et Lukoil, en février-mars 2022, ont fait des déclarations appelant à une solution pacifique rapide au conflit. Soit dit en passant, c’est dans les entreprises privées russes que les investisseurs des pays du G7 détiennent la plus grande part, car les entreprises privées se caractérisaient par des pratiques d’entreprise plus transparentes et une gestion de haute qualité.

Par exemple, le grand nombre d’actions du même Lukoil, selon Bloomberg, sont détenues par la société d’investissement américaine BlackRock – plus de 2% du capital social de la société. Un autre 2% est détenu par la société d’investissement américaine Vanguard Group. Au total, les investisseurs des États-Unis et de l’UE représentent plus d’un tiers du volume total des actions d’une compagnie pétrolière, et cela n’inclut pas les investisseurs, par exemple, du Moyen-Orient et d’autres régions du monde.

L’illusion de « faiblesse » des sanctions

L’idée d’étendre les sanctions aux entreprises privées russes est probablement née de la hâte des politiciens américains et européens à évaluer l’efficacité des restrictions déjà imposées.

En effet, les premières séries de sanctions ont fonctionné de manière ambiguë au début – au cours des premiers mois du conflit en Ukraine, l’économie russe s’est mieux comportée que prévu. La raison principale était que la Russie continuait de gagner de l’argent sur les exportations en raison de la flambée des prix.

Mais depuis, la donne a changé. L’embargo et le plafonnement des prix du pétrole russe et de ses dérivés ont miné les recettes du budget russe.

Fin janvier 2023, le budget fédéral affichait un déficit de 1.76 billion de roubles (plus de 23 milliards de dollars), selon une estimation préliminaire du ministère des Finances. Les revenus se sont élevés à près de 1.4 billion de roubles (environ 19 milliards de dollars), soit 35 % de moins qu’en janvier de l’année dernière.

L’embargo et le plafonnement des prix du pétrole russe et de ses dérivés se sont avérés être la solution – il est évident qu’il devient de plus en plus difficile pour Moscou de poursuivre les hostilités. Mais n’oublions pas que les consommateurs du G7 finissent par payer cette politique en achetant une énergie plus chère.

Dans ce contexte, des sanctions supplémentaires contre des entreprises russes individuelles semblent être une mesure douteuse : cela n’affectera pas directement le budget russe et ses dépenses militaires, mais cela privera les investisseurs américains et européens d’investissements de plusieurs milliards de dollars sur le marché russe et compliquera l’inévitable rétablissement des relations commerciales avec la Russie après la fin de la guerre.

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

La Brussels Pride fait son retour, la date de l’événement révélée

La Brussels Pride March se déploiera le 18 mai dans les rues du centre-ville tandis que le...

Vice-President Josep Borrell’s speech at the EP debate: „ We have to strengthen European Defence in a volatile geopolitical landscape”

On the plenary session of the European Parliament in Strasbourg the speech was delivered by Matthieu Michel, State Secretary for Digitalisation in...

Yulia Navalnaya: “If you want to defeat Putin, fight his criminal gang”

Yulia Navalnaya, the widow of murdered Russian anti-corruption activist Alexei Navalny, addressed the European Parliament on Wednesday. Welcoming Yulia...

L’île de Malte est-elle réellement un lieu de tolérance en pleine Méditerranée ?

Au milieu de la mer Méditerranée se dresse une petite nation insulaire, réputée pour ses châteaux imposants et ses légendes templières... Il...

Le Parlement approuve un soutien budgétaire clé pour l’Ukraine et l’UE

Les députés approuvent un financement à long terme pour l’Ukraine, la plateforme "Technologies stratégiques pour l’Europe" (STEP) et d’autres changements dans le...
- Advertisement -

More Articles Like This