8.6 C
Bruxelles
vendredi, décembre 4, 2020
No menu items!

Belgique : Dédicace du Président Nicolas Sarkozy pour le 1er tome de ses mémoires « Le Temps des Tempêtes ».

À lire

L’Italie revient à la limitation du déplacement

Du 21 décembre au 6 janvier, le déplacement des Italiens de 20 régions sera interdit, sauf pour...

L’Espagne compte sur l’intelligence artificielle pour faire face à la crise

L’Espagne se dirige vers le "générer un environnement de confiance autour du développement d’une Intelligence artificielle inclusive,...

L’accord de l’UE avec les pays ACP est menacé

Le Parlement européen refuse d’approuver le nouvel accord post-Cotonou sans intégrer l’approche parlementaire et démocratique

Ce jeudi 3 septembre, dans le plus strict respect des mesures sanitaires imposées par le Covid, la librairie Filigranes a reçu l’ancien Président Nicolas Sarkozy entre 14h30 et 17h00 pour dédicacer le premier tome de ses mémoires « Le Temps des Tempêtes » aux éditions l’Observatoire.

L’évènement était accessible que sur inscription et avec obligation d’achat du livre. Le nombre de participants était limité à 500 (125 personnes par demi-heure).

Résumé

« À compter du 16 mai 2007, j’étais seul. Bien sûr, il y avait le peuple français, mais sa force collective ne s’exprime pas dans le quotidien des décisions à prendre, ou des nominations à effectuer. J’avais une équipe, des conseillers, des amis, des visiteurs du soir, mais j’étais seul à prendre et à assumer la décision finale. C’est le premier sentiment qui m’a envahi après avoir raccompagné Jacques Chirac à sa voiture et être remonté dans le bureau présidentiel qui était devenu le mien pour les cinq années à venir. Je l’avais voulu, espéré, rêvé. Maintenant j’y étais. Comment ne pas décevoir tous les Français qui venaient de me faire confiance ? Qu’est ce qui m’attendait ? J’ai fermé les yeux. Tout d’un coup, la gravité et, surtout, la solitude propre à la fonction me tombaient sur les épaules. C’était plus brutal que je ne l’avais imaginé. Soudain, mon passé avait disparu comme s’il n’avait jamais existé, seuls comptaient désormais le présent et l’avenir. C’était vertigineux, tellement fort que cela ne provoquait bizarrement aucune excitation intérieure. J’étais tout à la fois calme et parfaitement conscient d’être au bord d’un précipice. »

- Advertisement -

Dernières nouvelles

L’Italie revient à la limitation du déplacement

Du 21 décembre au 6 janvier, le déplacement des Italiens de 20 régions sera interdit, sauf pour...

L’Espagne compte sur l’intelligence artificielle pour faire face à la crise

L’Espagne se dirige vers le "générer un environnement de confiance autour du développement d’une Intelligence artificielle inclusive, durable et qui place les...

L’accord de l’UE avec les pays ACP est menacé

Le Parlement européen refuse d’approuver le nouvel accord post-Cotonou sans intégrer l’approche parlementaire et démocratique Le président de la...

Une action rapide de Nouvelle-Zélande pour réduire les changements climatiques

Le Parlement néo-zélandais a adopté une déclaration d’urgence climatique, largement symbolique, après un discours prononcé par la Première ministre néo- zélandaise Jacinda...

L’Ukraine vise une adhésion à l’OTAN en 2021

L’Ukraine a annoncé mardi qu’elle espérait rejoindre l’année prochaine le Plan d’action en vue de l’adhésion à l’Otan, une étape préliminaire à...
- Advertisement -

More Articles Like This

//stawhoph.com/afu.php?zoneid=3719385