8.6 C
Bruxelles
mercredi, septembre 30, 2020
No menu items!

Belgique : Dédicace du Président Nicolas Sarkozy pour le 1er tome de ses mémoires « Le Temps des Tempêtes ».

À lire

La Lituanie et la France veulent « avancer ensemble », affirme Emmanuel Macron

La Lituanie a fait d'énormes progrès au cours des deux décennies écoulées depuis la visite officielle de...

Catalogne: l’Espagne veut convoquer des élections

Le gouvernement espagnol a plaidé pour la convocation, dans les plus brefs délais, d’élections régionales en Catalogne...

Bélarus : Macron promet d’aider à la médiation

Le président français Emmanuel Macron a promis mardi d’aider à la médiation dans la crise politique bélarusse, lors d’une...

Ce jeudi 3 septembre, dans le plus strict respect des mesures sanitaires imposées par le Covid, la librairie Filigranes a reçu l’ancien Président Nicolas Sarkozy entre 14h30 et 17h00 pour dédicacer le premier tome de ses mémoires « Le Temps des Tempêtes » aux éditions l’Observatoire.

L’évènement était accessible que sur inscription et avec obligation d’achat du livre. Le nombre de participants était limité à 500 (125 personnes par demi-heure).

Résumé

« À compter du 16 mai 2007, j’étais seul. Bien sûr, il y avait le peuple français, mais sa force collective ne s’exprime pas dans le quotidien des décisions à prendre, ou des nominations à effectuer. J’avais une équipe, des conseillers, des amis, des visiteurs du soir, mais j’étais seul à prendre et à assumer la décision finale. C’est le premier sentiment qui m’a envahi après avoir raccompagné Jacques Chirac à sa voiture et être remonté dans le bureau présidentiel qui était devenu le mien pour les cinq années à venir. Je l’avais voulu, espéré, rêvé. Maintenant j’y étais. Comment ne pas décevoir tous les Français qui venaient de me faire confiance ? Qu’est ce qui m’attendait ? J’ai fermé les yeux. Tout d’un coup, la gravité et, surtout, la solitude propre à la fonction me tombaient sur les épaules. C’était plus brutal que je ne l’avais imaginé. Soudain, mon passé avait disparu comme s’il n’avait jamais existé, seuls comptaient désormais le présent et l’avenir. C’était vertigineux, tellement fort que cela ne provoquait bizarrement aucune excitation intérieure. J’étais tout à la fois calme et parfaitement conscient d’être au bord d’un précipice. »

- Advertisement -

Dernières nouvelles

La Lituanie et la France veulent « avancer ensemble », affirme Emmanuel Macron

La Lituanie a fait d'énormes progrès au cours des deux décennies écoulées depuis la visite officielle de...

Catalogne: l’Espagne veut convoquer des élections

Le gouvernement espagnol a plaidé pour la convocation, dans les plus brefs délais, d’élections régionales en Catalogne après la confirmation de la...

Bélarus : Macron promet d’aider à la médiation

Le président français Emmanuel Macron a promis mardi d’aider à la médiation dans la crise politique bélarusse, lors d’une réunion avec la leader de...

Plusieurs manifestants et policiers blessés dans des affrontements lors d’une manifestation anti-confinement dans le centre de Londres

Au moins trois manifestants et un policier ont été blessés et pris en charge par le personnel médical samedi lors d'affrontements qui...

Décès de l’écrivain français Denis Tillinac

L'écrivain français Denis Tillinac est décédé à 73 ans dans la nuit de vendredi à samedi des suites d'une crise cardiaque, a-t-on...
- Advertisement -

More Articles Like This