8.6 C
Bruxelles
vendredi, janvier 22, 2021
No menu items!

Brexit: les discussions reprennent à Londres

À lire

La Chine suspend les vols entre Paris et Tianjin

Cette suspension est applicable à compter du 25 janvier. Elle survient après la découverte de cinq cas...

Le secrétaire général de l’OTAN félicite le président Joe Biden à l’occasion de son investiture

Au nom de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, j’adresse toutes mes félicitations à Joe Biden, devenu...

Sahel, Corne de l’Afrique…: comment la présence militaire américaine peut-elle évoluer?

Basé à Stuttgart, Africom, le commandement pour l'Afrique, dispose de plus de 6 000 hommes. Cette opération...

Le négociateur en chef de l’UE sur le Brexit, Michel Barnier, a annoncé sur Twitter qu’il se rendrait à Londres vendredi soir pour poursuivre la discussion sur un accord commercial post-Brexit avec le Royaume-Uni, malgré la persistance de “divergences importantes”.

Les négociations en face-à-face avaient dû être interrompues la semaine passée après un cas de Covid-19 dans l’équipe du Français, le contraignant à se mettre en quarantaine.

Il ne reste que très peu de temps à Londres et Bruxelles pour s’entendre sur un accord qui entrerait en vigueur le 1er janvier prochain, quand le Royaume-Uni, qui a officiellement quitté l’UE le 31 janvier dernier, cessera d’appliquer les normes européennes de manière transitoire.

Plusieurs sources européennes avaient laissé entendre ces derniers jours que Michel Barnier ne se rendrait dans la capitale britannique qu’en cas de “signaux positifs” de l’autre côté de la Manche. Les Européens se disent lassés et frustrés par le surplace dans les négociations mais il n’est pas question pour eux d’arrêter les discussions.

“Les mêmes divergences importantes persistent”, a regretté dans son tweet le Français, qui doit faire le point sur les négociations vendredi avec les Etats membres, puis avec les ministres de la Pêche des quelques pays particulièrement concernés par cette question.

L’accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques constitue l’un des trois points de blocage dans les pourparlers avec les garanties en matière de concurrence réclamées aux Britanniques et la manière de régler les différends dans le futur accord.

Sans traité commercial au 1er janvier pour régir leur relation, Londres et Bruxelles courent le risque d’un nouveau choc économique, qui viendrait s’ajouter à celui provoqué par l’épidémie de coronavirus.

La discussion est d’autant plus compliquée qu’il faut aussi laisser du temps aux Parlements européen et britannique pour ratifier cet accord.

Le Parlement européen est prêt à ratifier un accord jusqu’aux derniers jours de décembre, mais plusieurs sources considèrent que sans texte définitif la semaine prochaine, ce calendrier sera compliqué à tenir.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

La Chine suspend les vols entre Paris et Tianjin

Cette suspension est applicable à compter du 25 janvier. Elle survient après la découverte de cinq cas...

Le secrétaire général de l’OTAN félicite le président Joe Biden à l’occasion de son investiture

Au nom de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, j’adresse toutes mes félicitations à Joe Biden, devenu le 46e président des États-Unis,...

Sahel, Corne de l’Afrique…: comment la présence militaire américaine peut-elle évoluer?

Basé à Stuttgart, Africom, le commandement pour l'Afrique, dispose de plus de 6 000 hommes. Cette opération extérieure est surtout tournée vers...

L’UE espère une nouvelle ère transatlantique

A quelques heures de l’investiture du nouveau président américain Joe Biden, le Parlement européen a organisé, mercredi, un débat appelant l’Europe à...

Vaccins contre le COVID-19: l’UE doit répondre avec unité et solidarité

Les députés ont largement soutenu l'approche commune de l'UE pour lutter contre la pandémie et ont demandé une transparence totale pour les...
- Advertisement -

More Articles Like This

//zuphaims.com/afu.php?zoneid=3719385