8.6 C
Bruxelles
mardi, juin 6, 2023
No menu items!

La stabilisation du Mali est cruciale pour l’ensemble de la région, rappelle l’envoyé de l’ONU

À lire

« Des pays autoritaires, comme la Russie et la Chine, tentent de diviser et d’affaiblir l’UE », déclare le député Andreas Schieder

Les députés de la commission spéciale du Parlement européen sur l'ingérence étrangère et la désinformation (INGE) ont...

Les renforts de l’OTAN commencent à arriver au Kosovo

Des renforts de l'OTAN ont commencé à arriver au Kosovo lundi, suite aux violences non provoquées et...

Nous devons protéger nos démocraties contre les pays hostiles, selon la députée européenne Kalniete

l'UE doit renforcer ses instruments électoraux contre les intérêts malveillants, avant les élections européennes de 2024, déclare...

L’envoyé de l’ONU au Mali a souligné vendredi devant le Conseil de sécurité combien la stabilisation de ce pays était cruciale pour l’ensemble de la région, alors que la Mission des Nations Unies qu’il dirige, la MINUSMA, est déployée au Mali depuis près de 10 ans maintenant.

« Au cours de cette période, la Mission a beaucoup accompli. Mais les objectifs fixés par le Conseil ne sont pas encore pleinement atteints et le contexte a connu des changements importants », a noté le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, El-Ghassim Wane, devant les membres du Conseil.

« Alors que le Conseil examine la recommandation du Secrétaire général, il convient de garder à l’esprit que la stabilisation du Mali est essentielle non seulement pour le pays lui-même mais aussi pour toute la région », a-t-il ajouté en référence à la revue stratégique de la Mission demandée par le Conseil.

Persistance des défis sécuritaires

Au cours des derniers mois, la situation sécuritaire est restée « complexe », en particulier dans le Centre et dans la zone tri-frontalière entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger, a noté El-Ghassim Wane.

Du fait de la persistance des défis sécuritaires, le nombre de déplacés internes reste élevé. Au mois de décembre 2022, il s’élevait à plus de 412.300. Au total, 8,8 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, soit 17% de plus qu’au début de l’année 2022. 2 millions d’enfants de moins de 5 ans restent affectés par la malnutrition aiguë.

Le Représentant spécial a rappelé que la sécurité du personnel humanitaire reste une préoccupation majeure : en 2022, 124 incidents ont touché ce personnel, dont cinq travailleurs humanitaires tués dans les régions de Kayes, Ménaka et Ségou.

« Au cours du dernier trimestre, la MINUSMA a continué à déployer des efforts soutenus pour protéger les civils malgré l’environnement difficile dans lequel elle opère et les lacunes capacitaires importantes auxquelles la Mission est confrontée », a-t-il souligné. 

Selon lui, dans la période à venir, la capacité de la MINUSMA à contribuer efficacement à l’amélioration de la situation sécuritaire en appui aux forces de défense et de sécurité maliennes dépendra de plusieurs facteurs.

Le premier facteur a trait à la mise à disposition des capacités requises et le remplacement en temps voulu des pays contributeurs sur le départ. Deuxièmement, il juge nécessaire de renforcer la coordination avec les forces de défense et de sécurité maliennes et, enfin, il estime que le respect de la liberté de mouvement conformément à l’Accord sur le statut des forces est une nécessité absolue.

Légère diminution des violations des droits de l’homme

El-Ghassim Wane a rappelé que le respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire dans la conduite des opérations militaires et l’obligation de rendre des comptes en cas de violations « sont de la plus haute importance pour faire efficacement face au fléau du terrorisme et de l’extrémisme ». « À cet égard, la Mission a maintenu le dialogue avec les autorités et a continué à fournir un soutien technique et en termes de renforcement des capacités », a-t-il dit, ajoutant que la dernière évaluation de la situation des droits de l’homme a révélé que le nombre global de violations a légèrement diminué et que les groupes terroristes en étaient les principaux auteurs.

« La MINUSMA continuera à enquêter sur les allégations de violations et d’abus des droits de l’homme », a-t-il dit. 

S’agissant de l’environnement politique, l’envoyé de l’ONU a noté que le Mali est à moins de deux mois du référendum constitutionnel qui doit marquer le premier d’une série de scrutins qui devraient aboutir au rétablissement de l’ordre constitutionnel en mars 2024. Selon lui, « les autorités maliennes continuent de faire preuve d’engagement à tenir ces scrutins à temps », même si « plusieurs défis demeurent ».

Une série de consultations avec les partis politiques et la société civile ont été convoquées par les autorités de transition pour discuter de divers aspects de la préparation du référendum constitutionnel et d’autres élections. « Ces initiatives doivent être encouragées et soutenues, car l’inclusion et le consensus sont cruciaux pour le succès global du processus de transition », a dit El-Ghassim Wane.

Selon lui, deux autres aspects détermineront la trajectoire du processus électoral.

Premièrement, la disponibilité des ressources financières et logistiques nécessaires. À ce jour, seulement 60% des ressources nécessaires au Fonds commun des Nations Unies pour l’appui électoral ont été mobilisées. Il encourage les partenaires internationaux à accroître leur soutien au Mali dans cette entreprise cruciale. Pour sa part, la MINUSMA, notamment en collaboration avec l’équipe de pays des Nations Unies, fournit un appui technique et logistique au processus électoral et des mesures sont en cours pour accroître ce soutien. 

Deuxièmement, l’évolution de la situation sécuritaire, qui affecte toutes les étapes du cycle électoral. « La MINUSMA apportera tout le soutien possible aux autorités maliennes dans leurs efforts pour sécuriser le processus électoral », a-t-il dit. 

Un processus de paix dans l’impasse

Concernant, la mise en oeuvre du processus de paix, le Représentant spécial a noté que la MINUSMA, avec les autres membres de la médiation internationale, menée par l’Algérie, « n’a ménagé aucun effort pour promouvoir le dialogue entre les parties signataires afin de sortir de l’impasse actuelle ».

« J’encourage les parties à ne ménager aucun effort pour surmonter les difficultés actuelles et réaliser des progrès décisifs dans la mise en œuvre de l’accord de paix », a-t-il ajouté. 

EU Briefs publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Briefs.

- Advertisement -

Dernières nouvelles

« Des pays autoritaires, comme la Russie et la Chine, tentent de diviser et d’affaiblir l’UE », déclare le député Andreas Schieder

Les députés de la commission spéciale du Parlement européen sur l'ingérence étrangère et la désinformation (INGE) ont...

Les renforts de l’OTAN commencent à arriver au Kosovo

Des renforts de l'OTAN ont commencé à arriver au Kosovo lundi, suite aux violences non provoquées et inacceptables qui ont fait 30...

Nous devons protéger nos démocraties contre les pays hostiles, selon la députée européenne Kalniete

l'UE doit renforcer ses instruments électoraux contre les intérêts malveillants, avant les élections européennes de 2024, déclare Sandra Kalniete.

Les députés expriment leurs préoccupations quant à l’état des valeurs de l’UE en Hongrie

Le Parlement européen a exprimé dans sa résolution de sérieuses inquiétudes quant à l'évolution de la situation en Hongrie, à la lumière...

L’Arabie saoudite annonce une coupe supplémentaire d’un million de barils par jour

L'Arabie saoudite, a décidé de procéder à une nouvelle réduction de sa production de pétrole. Cette mesure s'applique à...
- Advertisement -

More Articles Like This