8.6 C
Bruxelles
mercredi, juillet 28, 2021
No menu items!

Le Parlement vote pour poursuivre la Commission en justice pour inaction en cas de violation de l’État de droit

À lire

Tunisie : L’UE appelle au rétablissement de la stabilité institutionnelle

Le Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep...

Liban: Najib Mikati chargé de former un gouvernement après deux autres échecs

L'ex-Premier ministre Najib Mikati a été chargé lundi de former un nouveau gouvernement après l'échec de ses...

France: Feu vert définitif au pass sanitaire

Le Parlement français a adopté définitivement, dans la nuit de dimanche à lundi, le projet de loi...

Le Parlement européen a voté jeudi 10 juin (506 pour, 150 contre, 28 abstentions) sur une résolution ouvrant la voie à la poursuite de la Commission européenne devant la Cour de justice européenne pour inaction concernant l’État de droit, comme le demande le groupe Verts/ALE.

Le mécanisme de l’État de droit de l’UE, qui est en place depuis le 1er janvier de cette année, n’a pas encore été déclenché par la Commission pour des violations de l’État de droit qui affectent le budget de l’UE.

Le Parlement a voté en mars et a donné à la Commission une date limite du 1er juin pour l’adoption des orientations et l’application du mécanisme.

La Commission n’a pas respecté cette échéance et n’a pas encore publié ses «lignes directrices» sur la manière dont le mécanisme devrait être déclenché.

La résolution souligne qu’il s’agit d’une « inaction » de la Commission européenne en vertu de l’article 265 du TFUE et qu’il s’agit de la première étape pour poursuivre la Commission en justice. Terry Reintke, député européenne (photo), négociateur Verts/ALE et rapporteur LIBE sur le mécanisme pour l’état de droit, a déclaré : « L’UE a besoin d’une base solide sur laquelle nous pouvons tous nous appuyer, qui est énoncée dans les traités : démocratie, état de droit et droits fondamentaux. est attaquée et démantelée au moment où nous parlons. Au lieu de défendre les valeurs européennes, la Commission observe, rédige des rapports et reste assise sur ses bras. L’État de droit doit agir maintenant. Malheureusement, il ressort clairement du débat d’hier au Parlement que la Commission ne Je ne semble pas ressentir le même sentiment d’urgence d’agir.

« Les citoyens de Pologne, de Hongrie et d’ailleurs doivent savoir que la Commission est à leurs côtés et qu’elle se battra pour leurs droits en tant que citoyens de l’UE. La Commission ne devrait pas avoir besoin de pression pour agir pour défendre les traités, mais s’ils continuent à refuser d’agir, faites pression c’est ce qu’ils obtiendront. Nous prenons des mesures contre la Commission pour qu’elle fasse son travail et défende les droits des citoyens européens. En tant que Parlement, nous ne permettrons pas à la Commission de rester les bras croisés pendant que des gouvernements populistes d’extrême droite déchiquettent l’État de droit en Europe.

Daniel Freund, député européen, négociateur Verts/ALE sur le mécanisme pour l’état de droit, a déclaré : « Le mécanisme pour l’état de droit n’est pas seulement un souvenir brillant d’une lutte acharnée au Conseil l’hiver dernier ; c’est un véritable outil avec des applications dans le monde réel. et de véritables sanctions. Tout d’abord, la Commission a affirmé qu’elle n’avait pas les outils pour lutter contre l’État de droit, mais maintenant que nous avons l’outil, il est temps de l’utiliser. Il existe des exemples clairs de violations de l’État de droit qui au moment où nous parlons, sans qu’il soit besoin de « lignes directrices » pour engager des poursuites. Les attaques contre les ONG, la liberté des médias et les « fondations » mises en place pour éviter un contrôle sur l’utilisation des fonds de l’UE, sont autant de raisons de lancer une action en Hongrie seulement. attaques de Viktor Orbán contre nos droits, nos valeurs et notre argent en tant que citoyens de l’UE.

« L’inaction sur l’État de droit équivaudrait à accepter que le combat pour la démocratie soit déjà perdu dans plusieurs États membres. Dans six mois, les citoyens hongrois iront aux urnes et ils doivent pouvoir voter selon de vraies normes démocratiques. Nous devons assurez-vous qu’Orbán n’utilise pas l’argent de l’UE pour voler les élections, pour contrôler la couverture médiatique et garantir que l’opposition ne peut pas contester équitablement les élections. Nous n’avons pas le temps d’attendre. « 

Eu Reporter

- Advertisement -

Dernières nouvelles

Tunisie : L’UE appelle au rétablissement de la stabilité institutionnelle

Le Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep...

Liban: Najib Mikati chargé de former un gouvernement après deux autres échecs

L'ex-Premier ministre Najib Mikati a été chargé lundi de former un nouveau gouvernement après l'échec de ses deux prédécesseurs à mettre en...

France: Feu vert définitif au pass sanitaire

Le Parlement français a adopté définitivement, dans la nuit de dimanche à lundi, le projet de loi prévoyant l’obligation vaccinale pour les...

NextGenerationEU : Approbation du plan de relance de chypre

Le conseil européen a approuvé le plan de relance de chypre, un financement de 1.2 milliard sera investi à chypre.

Tunisie : le président Kaïs Saïed limoge le ministre de la Défense

Le ministre de la Défense, Ibrahim Bartaji, a été limogé par le Président tunisien Kaïs Saïed ce lundi 26 juillet.
- Advertisement -

More Articles Like This

//thaudray.com/4/3719385